Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Dépôt d'une résolution pour le droit de vote simple chez l'opérateur Orange

Actus Reuters Des actionnaires d'Orange emmenés par la société de gestion française PhiTrust Active Investors ont déposé une résolution visant à empêcher la mise en oeuvre des droits de vote double chez l'opérateur télécoms.
mis à jour le 28 avril 2015 à 07H15
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Dépôt d'une résolution pour le droit de vote simple chez l'opérateur Orange
Dépôt d'une résolution pour le droit de vote simple chez l'opérateur Orange © D.R.

Des actionnaires d'Orange emmenés par la société de gestion française PhiTrust Active Investors ont déposé une résolution visant à empêcher la mise en oeuvre des droits de vote double chez l'opérateur télécoms. Dans un communiqué publié le 27 avril, PhiTrust, qui a entrepris une démarche similaire dans d'autres sociétés du CAC 40, précise avoir le soutien de huit autres actionnaires institutionnels représentant un peu plus de 1% du capital.

La résolution, inscrite à l'ordre du jour de l'assemblée générale de la société prévue le 27 mai, vise à bloquer l'application de la loi Florange qui prévoit l'attribution automatique de droits de vote doubles pour les actionnaires présents nominativement depuis deux ans au capital.

deux tiers des voix pour être adoptée

Publiée début avril, la convocation à l'AG d'Orange ne contenait jusque-là aucune résolution "anti-Florange", ce qui garantissait à l'Etat, premier actionnaire avec environ 25% du capital, de pouvoir doubler ses droits de vote à compter de l'an prochain. L'Etat aurait ainsi la possibilité de vendre une partie de sa participation pour se désendetter sans perdre de son influence sur le numéro un français des télécoms.

La résolution déposée par PhiTrust doit cependant recueillir les deux tiers des voix pour être adoptée, ce qui s'annonce compromis au vu de la part du capital détenu directement et indirectement par l'Etat français. La pratique des droits de vote doubles n'est pas nouvelle en France où 22 sociétés du CAC 40 l'avaient déjà instaurée, un chiffre appelé à grossir avec l'entrée en vigueur de la loi Florange.

La question anime cependant les assemblées générales cette année à l'image de celle du groupe Renault où elle fait l'objet d'un bras de fer entre le gouvernement et la direction du constructeur automobile. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès d'Orange.

Avec Reuters

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.