Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Dernier coup de pression

Ex-directeur commercial de relaxnews et de My Little Paris, Thomas Barret a décidé en 2015 de créer son entreprise. Ambition : ré-enchanter nos matins, avec sa gamme d’accessoires siglés The Morning Company. Chose peu commune, il choisit dès le début de son aventure de tenir un carnet de bord, afin de partager ses premiers pas et ses péripéties d’entrepreneur. L’Usine Digitale publie, chaque semaine, ses récits.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Dernier coup de pression
Dernier coup de pression © The Morning Company

Allez. Encore quelques gorgées. Après j’arrête. C’est décidé. A la fin de cette bière, je lâche mon clavier, je ferme mon ordinateur, et je lance très officiellement mes Vacances d’été 2016.

 

Mais avant cet événement – majeur dans mon existence – je vais profiter de mes dernières minutes de sobriété relative pour faire un rapide bilan de ces 6 premiers mois de 2016.

 

Voici donc les 10 points clés qui résument ce 1er semestre :

1. Je suis encore là, et The Morning Company aussi. Bah oui, mine de rien ça n’est jamais acquis.

2. Je constate que cette aventure est toujours aussi plaisante, intéressante, stimulante et non-rémunératrice qu’au début. Donc je continue avec plaisir… à manger des sandwichs.

3. J’ai sorti 3 nouveaux produits, ce qui est moins qu’espéré. Je suis néanmoins fier de ces petits nouveaux, et tout particulièrement de Proust. Reste qu’il faut arriver à accélérer la cadence. Les (bonnes) idées ne manquent pourtant pas.

4. J’ai aussi sorti un livre, un vrai, un beau. C’est pas une fin en soi, mais quand même, ça fait plaisir. Sauf peut-être à mon fils, qui doit en avoir marre que je lui lise les aventures de son père chaque soir pour l’endormir.

5. La communication, c’est compliqué : les RP et les pop-up stores, ça marche (un peu). Les pubs (Facebook et Google), ça ne marche pas (du tout). Reste encore des pistes à tester... dont les collaborations avec d’autres marques. Work in progress.

6. 55 000 euros : voilà une petite levée de fonds qui aura fait du bien aux finances de The Morning Company. Et sur le fond à mon projet plus globalement, malgré les contrariétés que j’ai pu vivre à cause d’elle (Quoi, je suis pas scalable ? Et alors ? Hein ?).

7. On peut boire 30 cafés par semaine pendant 18 mois et ne pas avoir d’attaque cardiaque. Je peux maintenant l’affirmer empiriquement.

8. J’ai trouvé des camarades de galères et d’ambitions, qui avaient envie eux aussi de s’entraider et de grandir : et c’est comme ça qu’est née LaFrenchLuxe. Un peu de collectif, ça fait toujours du bien.

9. Le développement de la distribution physique est plus lent que prévu : les quelques points de vente que je vise sont saturés d’offres, et il est difficile d’émerger. C’est un peu comme le chiffre d’affaires : quand ça n’avance pas assez vite, il faut être patient et ne rien lâcher. Et reprendre une p’tite pression.

10. Je continue de chercher des pistes de développement complémentaires, pour ré-enchanter le matin de chacun – à l’image du service Météo-Tom, testé pendant 10 jours auprès de 280 personnes.

 

Bon, allez, le soleil m’attend. Il vous attend sûrement, vous aussi. Et puis on se retrouve en septembre, quand vous serez beaux et bronzés.

 

Joyeux été à tous !

 

Thomas Barret, néo-entrepreneur

Ce billet a également été publié sur le blog de l’auteur : The Morning Challenge

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale