Des acteurs européens du cloud déposent une nouvelle plainte contre Microsoft à Bruxelles

Le CISPE, une association professionnelle qui réunit plusieurs entreprises européennes du cloud, exhorte la Commission européenne à se pencher rapidement sur les pratiques, jugées déloyales, de Microsoft sur le marché du cloud. 

Partager
Des acteurs européens du cloud déposent une nouvelle plainte contre Microsoft à Bruxelles

Les entreprises européennes du cloud ne comptent pas baisser les bras devant les pratiques jugées anticoncurrentielles de Microsoft sur le marché. Réunies au sein de l’association professionnelle CISPE, elles ont déposé un recours devant la Commission européenne pour l’appeler à passer à l’action.

Les annonces, blogs et documents FAQ publiés récemment par Microsoft dans le but d’éviter les enquêtes sur le marché n’ont pas fourni les détails, la clarté ou l’assurance qu’il a réellement l’intention de mettre rapidement fin à ses pratiques anticoncurrentielles en matière de licences”, écrit l’organisation qui compte parmi ses membres les français OVHcloud et Outscale, mais également le géant américain Amazon.

Au contraire, les nouvelles conditions contractuelles imposées unilatéralement par Microsoft le 1er octobre 2022 ajoutent de nouvelles pratiques déloyales à la liste”, ajoute-t-elle, estimant que “la position et les comportements actuels de Microsoft portent irrémédiablement atteinte à l’écosystème européen du cloud et privent les clients européens de choix dans leurs déploiements de cloud”, ajoute-t-elle, exhortant Bruxelles à agir sans plus tarder.

Une deuxième plainte

Cette nouvelle plainte vient appuyer celle déjà déposée par plusieurs acteurs du cloud en Europe, dont OVHcloud, à l’été 2021. Elle portait notamment sur la façon dont la multinationale commercialise ses produits, comme la suite logicielle Office, devenue Microsoft 365, et les barrières techniques qui empêcheraient son fonctionnement optimal sur les infrastructures cloud concurrentes. Interrogé sur le sujet par L’Usine Digitale cette semaine, à l’occasion d’une conférence de presse, le directeur général d’OVHcloud a indiqué que la Commission européenne n’avait, pour l’heure, pas donné suite formellement à cette plainte et que le champion français devait pour l’instant s’en tenir à la bonne volonté affichée de Microsoft.

L'entreprise allemande Nextcloud avait également déposé en 2021 une plainte auprès de la Commission européenne et du régulateur allemand pour pointer du doigt la façon dont Microsoft mettait en avant son service OneDrive dans Windows, en préinstallant le logiciel et en incitant les utilisateurs à l'utiliser.

Des remèdes "simples" à appliquer

De son côté, CISPE suggère des “remèdes simples qui peuvent être mis en œuvre rapidement et efficacement”, sur la base des “dix principes d’octroi de licences de logiciels équitables pour les clients du cloudélaborés en 2021 avec le Cigref, le réseau des entreprises et administrations françaises impliquées dans la transformation numérique.

Nous avons déposé cette plainte sectorielle pour remédier aux préjudices subis par les fournisseurs et les clients en raison de pratiques déloyales en matière de licences de logiciels", a déclaré Francisco Mingorance, secrétaire général du CISPE. "Tirant parti de sa domination dans le domaine des logiciels de productivité, Microsoft restreint le choix et gonfle les coûts alors que les clients européens cherchent à passer au cloud, faussant ainsi l’économie numérique européenne”, a-t-il ajouté. CISPE appelle par ailleurs à la création d'un observatoire européen indépendant chargé d'effectuer des audits périodiques des conditions de licence des logiciels de toute société de logiciels dominante.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS