Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Des banques scrutent le profil Facebook de leurs clients avant de leur accorder un prêt

Certaines banques américaines scrutent les profils Facebook de leurs clients, pour vérifier s’ils sont fiables. Si leurs contacts sur le réseau social sont de mauvais payeurs, leurs chances d’obtenir un prêt diminuent sensiblement, comme le rapporte le site Internet de la chaîne américaine CNN. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Des banques scrutent le profil Facebook de leurs clients avant de leur accorder un prêt
Des banques scrutent le profil Facebook de leurs clients avant de leur accorder un prêt © Andrew Feinberg - Flickr - C.C.

De jeunes établissements bancaires américains font appel à des start-up du numérique d’un nouveau genre, pour décider ou non d’accorder un prêt à leurs clients. Lenddo, par exemple, donne une note à chaque demandeur de prêt, en fonction des informations qu’elle récolte sur le réseau social Facebook. Si certains contacts du client de la banque sont de mauvais payeurs, sa note baisse, et avec elle ses chances d’obtenir son crédit, explique le site Internet de CNN.

Mais sur son site web, la start-up présente son activité d’une toute autre manière : elle propose aux clients des banques d’utiliser leur bonne réputation web, et donc leur bonne note sur Lenddo, pour obtenir plus facilement un crédit. Tout est question de point de vue…

Les banques exploitent le big data

L’appétit pour le big data des établissements financiers ne se contente pas de Facebook : l’entreprise allemande Kreditech leur donne accès à 8 000 informations web sur chaque demandeur de crédit : Ebay, Amazon et Facebook, tout est passé au crible.

La société espionne même la manière dont le client remplit le formulaire de demande de prêt sur le site internet de la banque : plus il y passe de temps, plus ses chances d’obtenir l’aval de l’établissement financier augmente. Par contre, s’il remplit la fiche très vite, entièrement en minuscule ou en majuscule, ses chances diminuent sensiblement.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.