Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Des chercheurs d'Harvard mettent au point un robot abeille biomimétique et résistant aux chocs

Vidéo Une équipe de recherche en robotique d'Harvard a conçu un robot abeille doté de "muscles artificiels", dont la structure souple lui permet d'encaisser les chocs sans s'abîmer.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Des chercheurs d'Harvard mettent au point un robot abeille biomimétique et résistant aux chocs
Des chercheurs d'Harvard mettent au point un robot abeille biomimétique et résistant aux chocs © Harvard

Une équipe de recherche en robotique d'Harvard Microrobotics Laboratory a mis au point RoboBee, un robot volant de la taille d'un insecte. Ses ailes sont actionnés par des muscles artificiels, qui sont en fait des actionneurs à commande électrique. Leur spécificité est d'être souple (soft robotics) tout en étant suffisamment puissants pour faire voler le robot. Cette complémentarité est, en principe, compliquée à obtenir. Cette infrastructure souple permet par ailleurs au robot d'encaisser les chocs sans risquer de s'abîmer. Ces travaux ont été publiés dans la revue Nature le 4 novembre 2019.

 

Des muscles artificiels souples mais puissants

Les actionneurs sont fabriqués à l'aide d'élastomères diélectriques. Ce matériel est capable de se déformer lorsqu'il rentre en contact avec un champ électrique tout en possédant de bonnes propriétés isolantes. Les scientifiques ont ainsi pu actionner le robot à une puissance de 500 hertz comparable à celle des actionneurs rigides utilisés de robots similaires.

 

Sur le long terme, l'objectif serait de créer un essaim entièrement autonome qui pourrait servir par exemple à la pollinisation ou la navigation dans des décombres à la recherche de survivants. De plus, RoboBee est un robot modulable auquel il est possible d'ajouter des ailes en fonction des besoins. La technologie des petits robots n'est pas encore aussi développée que celle des robots de grande taille traditionnels. Les chercheurs d'Harvard veulent donc continuer à développer RoboBee pour espérer un jour le commercialiser.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale