Des preneurs d'otages stoppent une intervention du FBI avec un essaim de drones

Le FBI a révélé lors de la conférence AUVSI Xponential que l’utilisation détournée de drones par une bande de criminels avait empêché, l’hiver dernier, des agents de mener à bien leur mission lors d’une prise d’otages.

Partager
Des preneurs d'otages stoppent une intervention du FBI avec un essaim de drones
Des agents du FBI se sont retrouvés aveuglés par un essaim de drones criminels

L’utilisation criminelle des drones est une tendance qui se développe de plus en plus. Des cas ont été rapportés aussi bien à Denver, Colorado pour perturber des interventions policières qu’en Australie, pour organiser au mieux des opérations de contrebande.

Pendant la conférence AUVSI Xponential, Joe Mazel, un agent du FBI présent lors d'une prise d’otage à Denver, a rapporté qu’une bande de criminels avait réussi à empêcher une intervention de l'agence fédérale. Ils ont envoyé un nombre important de drones effectuer des allers et venues devant la police, à la manière d’un essaim d’abeilles, pour les empêcher d'être opérationnels. Le groupe d’agents s’est retrouvé "aveuglé", et a dû se replier. Pire encore, les criminels auraient tout filmé depuis le début de l’opération, se tenant ainsi prêts depuis longtemps à intervenir, et tenant du même coup leurs complices au courant de la tournure des événements via un compte Youtube.

Les drones au service des criminels, une tendance qui grandit vite

Toujours d’après Joe Mazel, la surveillance de la police à l'aide de drones est une activité au développement exponentiel. Maisons de témoins, commissariats, frontières… ce débordement à Denver ne fait que confirmer que la technologie sert aussi bien à la protection des citoyens qu’à leur mise en danger. Des cambriolages avaient déjà été rapportés, assimilés à une surveillance des domiciles par les malfaiteurs... mais aujourd’hui, c’est une véritable guerre entre les forces de l'ordre et les organisations criminelles qui semble ne faire que commencer.

Certes, des solutions anti-drones sont envisagées et commencent à être développées. Par exemple, aux Etats-Unis la FAA (Federal Aviation Administration) veut mettre au point un système d’identification des drones, qui permettrait d’associer directement un drone à son propriétaire. Mais s’il paraît possible d’installer un tel système, la maîtrise déjà totale des technologies par certaines organisations criminelles permettra sans doute une contre-attaque, ou du moins un contournement de ce futur système.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS