Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Desktop Metal rachète ExOne pour agrandir son portefeuille de solutions d'impression 3D industrielle

Desktop Metal avale son concurrent, ExOne spécialisée dans l'impression 3D métallique à jet de liant. Grâce à cette nouvelle acquisition, l'Américain souhaite agrandir son portefeuille de solutions et ainsi devenir le leader de la fabrication additive industrielle.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Desktop Metal rachète ExOne pour agrandir son portefeuille de solutions d'impression 3D industrielle
Desktop Metal rachète ExOne pour agrandir son portefeuille de solutions d'impression 3D industrielle © ExOne

L'entreprise Desktop Metal, spécialisée dans la fabrication additive métallique, annonce le jeudi 12 août avoir racheté ExOne pour un montant de 575 millions de dollars (192 millions de dollars en espèces et 383 millions de dollars en actions). Cette société basée en Pennsylvanie commercialise une variété d'imprimantes 3D industrielles pour des secteurs tels que l'aérospatiale, l'automobile, le médical ou encore la défense.

Spécialiste du Binder Jetting
Plus précisément, ExOne est spécialisée dans la technologie d'impression 3D à jet de liant, ou Binder Jetting. Ce procédé utilise un agent liant déposé localement sur une fine couche de poudre, couche par couche, selon le modèle 3D sélectionné. Cette technologie, rapide et offrant une grande liberté de design, permet de créer des objets très détaillés.

Grâce à cette opération, Desktop Metal souhaite devenir le leader de l'impression 3D industrielle, secteur où l'entreprise est déjà très présente, en élargissant sa gamme de solutions. Elle espère également capter de nouveaux clients en combinant la force de vente directe d'ExOne avec son réseau mondial de distribution de plus de 200 partenaires.

Desktop Metal multiplie les acquisitions
Desktop Metal multiplie les acquisitions pour développer son portefeuille dédié à l'impression 3D. En janvier, elle a acquis EnvisionTEC, une société spécialisée dans l'impression 3D DLP (Digital Light Processing), pour 300 millions de dollars. Quelques mois plus tard, en juin, c'est le Belge Aerosint à l'origine d'un procédé multi-matériaux qui est entré dans le giron de l'Américain pour un montant inconnu.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.