Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Devialet lève 50 millions d'euros pour s'implanter plus durablement en Chine

Levée de fonds La pépite française Devialet, mondialement connue pour ses systèmes acoustiques haut de gamme qui se retrouvent dans des enceintes ou des écouteurs sans fil, lève 50 millions d'euros. Un mystérieux investisseur chinois participe à ce tour de table afin de l'aider dans sa conquête du marché asiatique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Devialet lève 50 millions d'euros pour s'implanter plus durablement en Chine
Devialet lève 50 millions d'euros pour s'implanter plus durablement en Chine

La pépite française Devialet lève 50 millions d'euros. Une levée de fonds annoncée le 14 septembre 2022 qui a été réalisée auprès de ses investisseurs historiques du Crédit Mutuel Equity et de Bpifrance (Large Venture). Ces derniers sont rejoints par un nouvel investisseur asiatique qualifié de "stratégique pour le développement des licences technologiques de Devialet". Son nom n'est pas précisé. Il s'agit d'un industriel mondial basé en Chine spécialisé dans la miniaturisation de systèmes audio, optique et tactile, est-il simplement précisé.
 

Poursuivre son expansion en Asie

Spécialiste dans l'ingénierie acoustique, Devialet est connu pour ses enceintes, barre de son et autres écouteurs hauts de gamme. Fondée en 2007, la pépite qui s'est récemment lancée dans les écouteurs sans fil et le home cinéma explique vouloir utiliser ces fonds pour développer de nouveaux produits. Depuis ses débuts, elle a toujours mis au cœur de ses produits ses innovations technologiques et ses très nombreux brevets. Devialet entend d'ailleurs poursuivre ses investissements dans sa R&D. Elle se diversifie également en lorgnant du côté du secteur automobile ou des smartphones pour embarquer ses technologies dans ces appareils.

Le tricolore justifie l'arrivée d'un nouvel investisseur asiatique par sa volonté de poursuivre son expansion en Asie. Devialet explique avoir triplé ses ventes sur trois ans et multiplié l'ouverture de boutique. "La participation de notre nouveau partenaire asiatique sera quant à elle un atout considérable pour accélérer nos projets de licences technologiques en Asie", explique ainsi Franck Lebouchard, CEO de Devialet, dans un communiqué. Elle arrive aussi à un moment ou les fonds semblent se faire plus rares en France. Les investisseurs redoublant de prudence en raison du contexte macro-économique.

Celle qui n'est aujourd'hui plus tellement une start-up mais se rapproche d'une PME affirme, sur son site internet, réaliser plus de 65% de son chiffre d'affaires à l'international dans près de 70 pays. Fort de 400 salariés, Devialet a déclaré aux Echos vouloir être rentable d'ici à deux ans. Ce souci de rentabilité et d'être plus précautionneux dans les dépenses revient sur le devant de la scène ces derniers mois puisque les investisseurs semblent de nouveau faire attention à ces critères avant d'investir leur argent. Devialet ne donne pas de chiffre mais évoque une croissance à deux chiffres.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.