Actualité web & High tech sur Usine Digitale

[Digital Retail] Cinq start-up prometteuses dénichées au salon Conext 2017

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Conext, le rendez-vous lillois dédié à l'innovation dans le retail, se tient jusqu'à ce jeudi 19 octobre 2017. Sur place, L'Usine Digitale a sillonné les allées du salon et a identifié cinq jeunes pousses de la région des Hauts-de-France à suivre de près parmi les start-up sélectionnées par Euratechnologies. Présentation.

[Digital Retail] Cinq start-up prometteuses dénichées au salon Conext 2017
Le salon Conext se tient du 17 au 19 octobre à Lille. © DR

Skapánê détecte les fraudeurs

Dirigée par José Corral Gallego, Skapánê utilise des algorithmes de machine learning et de deep learning pour analyser les big data dans le but de prédire le comportement d'un utilisateur sur un site marchand et de fluidifier son parcours. La première application de sa technologie consiste à prédire si le client est un fraudeur ou non. Si les algorithmes détectent qu'il n'a pas un comportement de fraudeur (en analysant son historique de commande, son profil, la localisation de son IP, la constitution de son panier), ils vont proposer un système de paiement simplifié en supprimant, par exemple, l'étape du 3D Secure. Objectif : éliminer les frictions autour du paiement. La technologie est d'ores et déjà utilisée par Auchan, Cdiscount ou encore Cofidis et Oney. La start-up entend décliner sa technologie sous forme d'API pour élargir son champ d'application.

 

Delaplace.pro optimise les espaces de stockage

Fondée par deux collaborateurs d'Engie dans le cadre d'un programme d'intrapreneuriat, Delaplace.pro met en relation des entreprises à la recherche d'espaces de stockage physiques et des entreprises ou logisticiens qui disposent de ces espaces. Fondée en janvier 2017, la start-up compte aujourd'hui 150 000 mètres carrés disponibles sur sa place de marché. La jeune pousse se rémunère en prélevant une commission lorsqu'un annonceur est mis en relation avec un utilisateur. Toutes sortes d'entreprises ont recours à la plate-forme qui leur permet de gérer des pics d'activité (à Noël pour un e-commerçant) ou d'anticiper une phase de croissance. A titre d'exemple, OVH, le dragon du cloud français, a utilisé la plate-forme pour stocker du matériel.

 

Jackpot.io redirige les adeptes de l'économie collaborative vers les enseignes

Faire profiter les distributeurs traditionnels du boom de l'économie collaborative. C'est ce que propose la start-up Jackpot.io. Prenons un exemple : lorsqu'un conducteur d'une plate-forme de covoiturage reçoit 50 euros à l'issue d'un trajet, celui-ci se voit proposer un bon d'achat d'un montant supérieur auprès de différentes enseignes, comme Leclerc, La Redoute ou Norauto. "Au moment du cash out, plutôt que de recevoir un virement sur son compte bancaire, l'utilisateur peut choisir de convertir cette somme en un bon d'achat d'un montant supérieur. Du côté des annonceurs, cela permet d'optimiser leurs investissements d'acquisition vers des gisements de pouvoir d'achat", explique Hélène Gounot, cofondatrice de la start-up.

 

Permettez-moi de construire digitalise les démarches administratives

Issue d'un projet d'intrapreneuriat chez Leroy Merlin, la start-up Permettez-moi de construire est actuellement accélérée à Euratechnologies. Elle propose de faciliter et de digitaliser les démarches administratives autour d'un projet de construction ou de rénovation. "Nous mettons en relation l'utilisateur avec l'un de nos facilitateurs pour qu'il bénéficie d'un accompagnement jusqu'à ce qu'il obtienne son autorisation", expose Aurélien De Nunzio, CEO et fondateur de la start-up. Côté business model, la jeune pousse se rémunère en prélevant une commission et en commercialisant les données issues de ces échanges (sous réserve du consentement de l'utilisateur) auprès d'autres entreprises. Elle a ainsi noué un partenariat avec Leroy Merlin qui peut utiliser ces données pour proposer des promotions personnalisées à de potentiels futurs clients.

 

Try & Fit s'attaque à la recherche visuelle

Try & Fit édite un moteur de recherche visuel alimenté par des algorithmes d'intelligence artificielle. La start-up compte parmi ses premiers clients le groupe immobilier Sergic. Plutôt que de rentrer des critères de recherche pour trouver un bien immobilier, les utilisateurs peuvent lancer une requête à partir d'une image ou plusieurs images (celle d'une façade de maison, celle d'une salle de bains et celle d'une cuisine par exemple) en complément de leurs critères de recherche classiques. La start-up songe déjà à d'autres applications pour les retailers comme la possibilité de faire des recommandations de look en fonction d'une première image. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale