Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x
Accenture

Digitaliser le contrôle qualité : retour d’expérience d’Accenture Consulting

Au quotidien, les équipes d’Accenture Consulting imaginent des solutions digitales pour permettre à leurs clients de gagner en vitesse et en efficacité. Exemple concret avec le contrôle qualité environnemental, pour lequel le groupe a développé et breveté une technologie innovante. Olivier Bonneau, Directeur Exécutif Industry X.0 et Supply Chain chez Accenture Consulting, nous en dit plus.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Digitalisation

Digitalisation
Olivier Bonneau, Directeur Exécutif Industry X.0 et supply chain chez Accenture Consulting
Les industriels de la santé, de la cosmétique ou de l’agro-alimentaire ont une véritable culture du zéro défaut. Aujourd’hui, ils sont soumis à des contraintes réglementaires de plus en plus fortes. « Les contrôles qualité, nombreux et très coûteux, représentent un enjeu majeur pour ce secteur », souligne Olivier Bonneau.
 
« Chez Accenture Consulting, nous avions la conviction que les nouvelles technologies permettraient à nos clients d’améliorer leurs techniques de contrôle qualité, notamment en développant de l’analyse prédictive, tout en optimisant leurs coûts opérationnels ». Parmi les activités à digitaliser à court-moyen terme, les équipes d’Accenture Consulting identifient le contrôle environnemental - autrement dit le contrôle de la stérilité de l’environnement de production, de la réception des matières premières à la préparation et la distribution des produits finis.
 
 
Faciliter les processus en augmentant l’humain 
« Traditionnellement, les tests de contrôle environnemental se font grâce à des millions de boîtes de Petri, qui sont analysées quotidiennement par des scientifiques spécifiquement formés, alors que seul un infime pourcentage de boites est contaminé. Le temps passé est considérable ! Pour faciliter ce processus, libérer du temps pour d’autres activités tout en garantissant toujours le zéro défaut, nous avons cherché une solution complète et simple à mettre en œuvre. Une solution qui n’impacterait ni la gestion de l’espace ni les processus métiers à court terme ». 
 
Résultat : une solution associant un robot collaboratif (cobot), du Machine visioning et du deep learning. « L’intelligence artificielle permet d’identifier en quelques secondes toute forme de contamination. Le système d’auto-apprentissage permet à l’algorithme d’analyser de manière autonome toutes les boîtes, puis de les trier entre celles pour lesquelles il n’y a aucun doute et celles qui nécessitent l’œil humain. L’humain reste bien évidemment en contrôle total sur le process : nous parlons d’ailleurs d’humain augmenté », précise Olivier Bonneau.
Les avantages de cette solution ? « Un risque d’erreur réduit à zéro et un travail des opérateurs facilité, ce qui leur permet de se focaliser sur des tâches à plus forte valeur ajoutée ». 

Le cobot place les boîtes de Pétri devant un capteur qui analyse automatiquement leur contenu grâce au machine visioning et à l'intelligence artificielle

Le cobot place les boîtes de Pétri devant un capteur qui analyse automatiquement leur contenu grâce au machine visioning et à l'intelligence artificielle


Le fruit d’un travail d’équipe
Comment l’entreprise est-elle arrivée à ce résultat ? « Pour développer et breveter cette innovation et délivrer la valeur attendue par nos clients, nous avons combiné les multiples expertises d’Accenture ». Concrètement, des experts en Digital, en Intelligence Artificielle, en robotique et IoT ont participé à ce projet, mais aussi des consultants en management ayant une forte connaissance des clients et de leurs industries.
 
« La technologie n’est qu’un moyen », précise Olivier Bonneau. « Notre conception de l’innovation passe par une réflexion sur la valeur métier et un business case. Pour identifier les besoins de nos clients, leurs enjeux et définir la meilleure solution à mettre en œuvre de bout en bout, nous avons besoin de cette multitude de points de vue, d’expériences et d’expertises métiers ou secteur. Sans ça, ça ne fonctionne pas. Et on ne pourrait pas aller aussi loin que ce l’on est capable de faire ! »
 

 

A lire aussi

 
media