Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

DNA Script reçoit 23 millions de dollars pour approfondir le stockage de données dans l'ADN

La pépite française DNA Script, spécialisée dans les biotechnologies, a reçu un financement de 23 millions de dollars de l'IARPA, une agence gouvernementale américaine spécialisée dans la recherche de pointe. Accompagnée du Broad Institute et de l'Université Harvard, la jeune pousse a pour objectif de développer des technologies de stockage d'information via de l'ADN synthétique.   
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

DNA Script reçoit 23 millions de dollars pour approfondir le stockage de données dans l'ADN
DNA Script reçoit 23 millions de dollars pour approfondir le stockage de données dans l'ADN © Pixabay/Geralt

Et si le futur du stockage des données se trouvait dans l'ADN ? Cette idée n'est pas nouvelle mais elle pourrait enfin se concrétiser. Le 21 janvier 2020, La biotech parisienne DNA Script – spécialisée dans l'ADN de synthèse –  a reçu un financement de 23 millions de dollars environ (21 millions d'euros) de l'Intelligence Advanced Research Projects Activity, agence en charge de la recherche de pointe rattachée au bureau des renseignements américain. Le but : développer des technologies de stockage d'information moins coûteuses et moins énergivores en utilisant de l'ADN de synthèse.

 

Intégrer la synthèse enzymatique dans un seul instrument

Ce financement s'inscrit dans le programme "Molecular Information Storage" (MIST) auquel le Broad Institute et l'Université Harvard participent. Ce consortium se donne pour objectif d'intégrer, d'ici quatre ans et dans un seul instrument, la technologie de synthèse enzymatique d'ADN inventée et développée par DNA Script et la technologie moderne de séquençage de l'ADN.

 

La jeune pousse française s'est spécialisée sur le marché de l'ADN de synthèse fabriqué à partir d'enzymes naturelles. Une méthode beaucoup moins "agressive" pour l'ADN et plus rapide que la fabrication par synthèse chimique, qui comporte par ailleurs un taux d'erreur assez significatif. Pour simplifier davantage le procédé de fabrication, DNA Script a ainsi créé une sorte "d'imprimante 3D moléculaire" capable d'élaborer une séquence ADN personnalisée grâce aux cartouches contenant des enzymes.

 

Pourquoi utiliser l'ADN ?

Mais pourquoi s'intéresse-t-on à l'ADN pour stocker des données ? Face à l'augmentation massive du volume des données, de nombreux acteurs cherchent à créer de nouvelles technologies de stockage. Les formes de stockage actuelles – comme le cloud – s'appuient sur d'énormes data centers dont la consommation électrique commence à poser problème. L'utilisation de l'ADN permettrait de réduire fortement le coût financier et environnemental du stockage de l'information. En effet, il n'a pas besoin d'électricité et peut résister pendant des millions d'années aux conditions climatiques les plus extrêmes.

 

Pour comprendre l'intérêt de cette méthode, il faut revenir à l'usage premier de l'ADN : c'est le support universel de l'information génétique. Ainsi pour stocker des données dans l'ADN synthétique, les informations numériques doivent être converties du format binaire au format utilisé par les séquences d'ADN, les bases azotées A, C, T et G. L'ADN est ensuite synthétisé en courts segments identifiés par une sorte de "code". Pour récupérer les données, la séquence A,C,T et G est à nouveau décodée pour retrouver la séquence originale faite de 0 et de 1. Cette technologie n'est pas encore mature, mais ce financement pourrait lui permettre de progresser en vue d'une éventuelle industrialisation.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media