Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Docaposte (La Poste) va continuer à assurer l'hébergement du dossier pharmaceutique

Actuellement, on dénombre 38 millions de dossiers pharmaceutiques en France, cet outil informatique qui recense les traitements pris au cours des quatre derniers mois. Docaposte (La Poste) vient d'être sélectionné pour héberger ces dispositifs pour la seconde fois. Ce contrat de 10 ans inclut le maintien opérationnel de la plateforme et la gestion de toutes les évolutions des services autour de ce dossier.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Docaposte (La Poste) va continuer à assurer l'hébergement du dossier pharmaceutique
Docaposte (La Poste) va continuer à assurer l'hébergement du dossier pharmaceutique © Docaposte

Docaposte, la filiale numérique du groupe La Poste, annonce dans un communiqué avoir remporté pour la seconde fois le marché de gestion de la plateforme d'hébergement des 38 millions de dossiers pharmaceutiques.

engagement décennal 
Le contrat, d'une durée de 10 ans, inclut également une mission de maintien en condition opérationnelle 7j/7 24h/24 de tous les services associés : gestion des rappels de médicaments, ruptures d’approvisionnements, alertes sanitaires, dispensations de vaccins... Docaposte devra également assurer la conception, le développement et toutes les évolutions des services autour du dossier pharmaceutique. 

Géré par le Conseil national de l'ordre des pharmaciens (CNOP), le dossier pharmaceutique est mis à la disposition des pharmaciens et des médecins et recense tous les médicaments délivrés au cours des quatre derniers mois quel que soit le lieu de délivrance. Il a pour objectif de sécuriser la dispensation de médicaments et ainsi éviter les interactions médicamenteuses, à l'origine de 2 à 5% des hospitalisations des personnes âgées. 

Certifié hébergeur de données de santé
Si Docaposte peut héberger ces dossiers, c'est qu'il est désormais certifié "hébergeur de données de santé" (HDS) depuis juillet 2020. Ce label est délivré pour une durée de trois et a été rendu obligatoire en 2018 pour "toute personne physique ou morale qui héberge de données de santé, pour le compte de personnes physiques ou morales à l'origine de la production ou du recueil de ces données ou pour le compte du patient lui-même, doit être agréée ou certifiée à cet effet", d'après le Code de la santé publique.

La filiale numérique du groupe français a fait de l'e-santé un secteur majeur de ses activités. A ce titre, elle multiplie les acquisitions depuis quelques années. Elle s'est récemment offerte la start-up Inadvans, spécialisée dans la conception de services digitaux pour les métiers de la santé, édités en marque blanche et en mode Saas.  

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.