Docariv, la plateforme lyonnaise en ligne d’urgences à domicile

La start-up Docariv compte lancer, dès septembre 2018, un nouveau service de médecin à domicile, avec prise de rendez-vous en ligne. Objectif  : désengorger les urgences. La solution sera d'abord déployée à Lyon et Villeurbanne, puis dans toute la France

Partager
Docariv, la plateforme lyonnaise en ligne d’urgences à domicile

La start-up Docariv est née sous l’impulsion de Michael Loeb, médecin anesthésiste au sein d’un établissement privé, et de son épouse, Jessica Loeb, qui a passé 15 ans au sein de la stratégie financière, dans le domaine de la santé. "Nous avons fait le constat que les urgences sont saturées. Plus de la moitié des patients qui se trouvent aux urgences n’ont rien à y faire. Docariv est donc conçu pour proposer un service d’urgences à domicile si le médecin traitant n’est pas disponible", détaille Michael Loeb.

Objectif : désengorger les urgences

Il s’agit pour les patients de pouvoir prendre rendez-vous en ligne avec un médecin, associés à des partenaires (assurances, complémentaires, une soixantaine d’infirmières à domicile, services d’imagerie, pharmacies lyonnaises) qui pourront effectuer des prises de sang, perfusions, livraisons de médicaments ou encore programmer en journée une radio, échographie ou scanner. Le service vise à désengorger les services d’urgences mais aussi à rendre plus efficiente la prise en charge des patients, comme l’indique le co-fondateur : "La plupart du temps quand les patients se rendent aux urgences, ces derniers sont renvoyés à leur domicile. Quand ils contactent SOS médecins, ils attendent très longtemps et ne savent pas quand le médecin viendra. Il y a un fort taux d’annulation des rendez-vous par ce biais."

Le principe de Docariv en vidéo

Un outil simple en ligne répliquable au niveau national

En se connectant sur le site de Docariv et en demandant un rendez-vous, le médecin reçoit un SMS, il rappelle le patient et lui donne dans la foulée un horaire précis par téléphone. Le patient sera ensuite remboursé comme s’il s’était rendu chez le médecin. "Les prises en charge aux urgences représentent un coût énorme pour l’Etat, qui est nettement plus élevé que la prise en charge à domicile. D’autre part, ce mode d’exercice en libéral permet de conférer aux médecins une liberté totale, sans adhésion, qui peut se faire même à mi-temps", précise Michael Loeb. Une solution qui a séduit le jury de Génération entrepreneurs, puisque la start-up lyonnaise a reçu début juin le Prix AGIPI pour un monde durable, soit une dotation de 10 000 euros.

Pour ce qui est du modèle économique, le service est gratuit pour le patient, et une commission de 15% sera prélevée sur les honoraires des médecins. Le chiffre d’affaires visé est de 53 000 euros pour 2018, pour 4760 visites, qui passeraient à 25 000 visites dès 2019, avec un chiffre d’affaires prévisionnel de 188 000 euros.

Dans un premier temps, les services débuteront à Lyon en septembre 2018, avec qui un partenariat a été noué, et Villeurbanne, avant d’être déployé au niveau national. Des directeurs commerciaux seront rapidement recrutés si les chiffres sont en accord avec les prévisions. Des médecins salariés devraient par ailleurs être recrutés d’ici fin 2019 afin d’étendre l’offre médicale.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS