Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Donald Trump veut interdire l'utilisation de WeChat aux Etats-Unis

TikTok n'est pas la seule application chinoise à se trouver dans le collimateur du gouvernement américain. WeChat, l'application de messagerie instantanée phare de Tencent, est aussi visée. Elle sera interdite aux Etats-Unis d'ici 45 jours. Dans les faits, cette mesure risque cependant d'être difficile à mettre en œuvre.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Donald Trump veut interdire l'utilisation de WeChat aux Etats-Unis
Donald Trump veut interdire l'utilisation de WeChat aux Etats-Unis © WeChat

Le président des Etats-Unis a publié ce vendredi 7 août un ordre exécutif visant à interdire l'utilisation des applications TikTok et WeChat dans son pays. Il sera effectif sous 45 jours. Donald Trump avait déjà fait part de son intention d'interdire TikTok, l'application de création et partage de vidéos la plus populaire du moment, mais l'ajout de WeChat était inattendu. Le reproche formulé aux deux applications est d'être les fruits d'entreprises chinoises, respectivement ByteDance et Tencent.

Le document publié par le gouvernement est relativement vague et a pendant un temps inquiété certains obversations du fait des larges investissements de Tencent dans le secteur du jeu vidéo. Des responsables ont par la suite clarifié que seule WeChat était ciblée, l'objectif étant visiblement de faire retirer l'application de l'App Store d'Apple et du Google Play Store. Cet acte par le président Trump est assez hors du commun et il n'est pas garanti qu'il soit légalement applicable.

Une portée limitée
Dans les faits, l'interdiction de WeChat aurait une portée économique bien moins importante que celle de TikTok (qui dispose de 100 millions d'utilisateurs aux Etats-Unis), car l'application est peu utilisée hors de Chine. Cependant, le gouvernement chinois bloquant de son côté la plupart des applications de messagerie instantanée non chinoises (WhatsApp, Line, Telegram, Viber, KakaoTalk...), WeChat s'est imposée par défaut comme la solution incontournable pour communiquer entre les frontières. La diaspora chinoise et les entreprises ayant des contacts réguliers avec des partenaires en Chine seront donc pénalisés.

Cela étant dit, il est probable que les mesures résultant de cet ordre du gouvernement soient facilement contournables, même si elles sont appliquées. Que les applications soient retirées des boutiques officielles des smartphones ne signifit pas qu'elles seront désintallées des appareils en question, et leur installation directe sans passer par les boutiques en question restera toujours possible. Sans parler bien sûr des diverses méthodes pour tromper l'appareil sur sa position géographique.

Cette hausse continuelle des hostilités envers la Chine intervient à un moment clé de la campagne électorale de Donald Trump. Critiqué pour sa gestion catastrophique de la crise du Covid-19, le président américain cherche à mettre en avant ses mesures en faveur de l'économie. La Chine représente un opposant tout trouvé. Cette stratégie risque cependant de desservir les Etats-Unis à long terme. En reproduisant les mêmes mesures que ses adversaires, il leur confère une légitimité. Et en restreignant la capacité de ses entreprises technologiques à faire affaire à l'international, de même que celle d'entreprises étrangères à opérer dans son pays, il prouve au monde que les inquiétudes en matière de souveraineté sont totalement justifiées.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media