Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Dos au mur, Huawei chercherait à revendre ses gammes de smartphones P et Mate

Vu ailleurs Huawei est en discussion pour vendre ses gammes de smartphones P et Mate. L'entreprise chinoise, fortement affectée par les sanctions américaines adoptées à son encontre, chercherait à se séparer de ses marques de smartphones haut de gamme auprès d'un consortium de sociétés basées à Shanghai.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Dos au mur, Huawei chercherait à revendre ses gammes de smartphones P et Mate
Dos au mur, Huawei chercherait à revendre ses gammes de smartphones P et Mate © Huawei

Après avoir cédé Honor, sa filiale dédiée aux smartphones d'entrée de gamme, Huawei va-t-il aussi se séparer de ses smartphones premiums P et Mate ? L'entreprise chinoise mènerait actuellement des discussions préliminaires à ce sujet avec un consortium dirigé par des sociétés d'investissement soutenues par le gouvernement de Shanghai, rapporte Reuters lundi 25 janvier 2021.

Ces discussions pourraient ne pas aboutir. Le gouvernement de Shanghai a déclaré ne pas être au courant et a refusé de commenter l'information. "Huawei a appris que des rumeurs non fondées circulent concernant la vente éventuelle de ses marques phares de smartphones. […] Huawei n'a pas de telles intentions", a déclaré un porte-parole de la société à Reuters. Les marques P et Mate ont contribué pour près de 40% aux ventes totales de Huawei lors du troisième trimestre 2020, selon le cabinet d'études Counterpoint.

Une vente pour contrer les restrictions américaines ?
Huawei envisagerait de vendre ses marques depuis septembre, selon une source de Reuters. Une telle décision suggère que l'entreprise chinoise a peu d'espoir que l'administration Biden ne change le cours des mesures restrictives prises à son encontre, et notamment les restrictions visant sa chaîne d'approvisionnement. Pour contrer ces mesures, Huawei s'est lancé dans une course effrénée pour développer son propre système d'exploitation, HarmonyOS, doté d'un magasin d'applications maison.

Côté processeur, Huawei disposait déjà d'une ligne de processeurs conçus en interne, baptisée Kirin. Toutefois, l'entreprise s'appuie sur des logiciels provenant de sociétés américaines comme Cadence Design Systems et Synopsys pour les concevoir et délègue leur fabrication au taïwanais TSMC, qui utilise des équipements industriels américains.

Les dernières mesures adoptées par les Etats-Unis empêchent les entreprises utilisant des équipements ou des logiciels provenant de sociétés américaines de produire des composants pour Huawei et ses filiales. Selon certains analystes, son stock de puces arriverait à expiration dans le courant de l'année, ce qui pourrait précipiter cette décision.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.