Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Dos au mur, Intel devrait sous-traiter la production de ses processeurs pour la première fois de son histoire

Vu ailleurs Intel s’apprêterait à confier une partie de sa production de processeurs à deux prestataires : le Sud-Coréen Samsung et le Taïwanais TMSC. Une solution de dernier recours pour l'Américain, qui fait face à une forte demande sur le marché du PC.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Dos au mur, Intel devrait sous-traiter la production de ses processeurs pour la première fois de son histoire
Dos au mur, Intel devrait sous-traiter la production de ses processeurs pour la première fois de son histoire © D.R. - Intel

Intel devrait sous-traiter la production de ses processeurs CPU en raison d’une demande extrêmement forte sur le marché du PC, selon le site d'informations sud-coréen Pulse. La semaine dernière, Intel s’est publiquement excusé pour les retards d’approvisionnement auxquels il est confronté. Un mea culpa suffisamment rare de sa part pour être souligné. En conséquence, le géant américain aurait contacté le Sud-Coréen Samsung et le Taïwanais TMSC dans le but de leur confier une partie de la production. Une première dans son histoire.

 

UN éCHANGE DE BONS PROCéDéS

Dans le cas de Samsung, qui obtiendrait le plus gros carnet de commande, cela devrait se traduire par un échange de bons procédés plutôt qu’une opportunité financière au sens strict. En effet, le fabricant aurait sécurisé un certain nombre de commandes pour des puces de 14 nm auprès d’Intel. Pulse croit savoir que l’opération lui permettra, par ailleurs, de mettre à profit plusieurs usines sous-exploitées.

 

Le marché de la production des semi-conducteurs est consolidé, et ne compte qu’une poignée d’acteurs à même de répondre à une telle demande. Ces dernières années, Samsung s’est affirmé comme un des partenaires majeurs d’Intel. TMSC, au contraire, reste très proche de son concurrent principal, AMD, mais aussi du Chinois Huawei, qui est sous le coup de sanctions américaines. Les camps se dessinent.

 

Il y a peu, Intel a assuré à ses clients avoir accéléré son rythme de production de semi-conducteurs au second semestre. De quoi multiplier, selon lui, le nombre de CPU produits par "un nombre à double chiffres" par rapport au début d’année. "Malgré des efforts considérables, notamment à travers un investissement de 1,5 milliard de dollars en 2018, nous n’avons pas encore réussi à relever ce défi", a concédé dans une lettre la vice-présidente exécutive du groupe, Michelle Johnston Holthaus.

 

Intel cherche un repreneur pour sa connectivité domestique

Selon Bloomberg, Intel chercherait à vendre sa division dédiée à la connectivité domestique. Celle-ci produit des puces WiFi à destination des box Internet et dégage un chiffre d’affaires de 450 millions de dollars. Si l’entreprise s’est refusée à tout commentaire, son PDG, Robert Swan, a déjà déclaré qu’il "explorera toutes les options pour les champs d’action où [elle] n’est pas compétitive".

 

Pour mémoire, Intel a déjà vendu sa division modem pour smartphones à Apple à la fin du mois de juillet. La multinationale pourrait, de son propre aveu, chercher un partenaire sur le créneau des cartes mémoires. Le tri semble donc continuer, alors que ces unités ont initialement été créées dans le but d’accélérer le développement de technologies qui reposeraient sur son cœur d’activité : les CPU.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media