Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

DPD teste le robot autonome de Cleveron pour ses livraisons aux Pays-Bas

Au Pays-Bas, DPD teste les robots de livraison autonome de l'entreprise estonienne Cleveron sur les routes publiques. Baptisé tout simplement Cleveron 701, le robot peut se déplacer à 25 km/h et transporter jusqu'à 200 kg. Cleveron met également en avant le fait de pouvoir le contrôler à distance en cas de problème.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

DPD teste le robot autonome de Cleveron pour ses livraisons aux Pays-Bas
DPD teste le robot autonome de Cleveron pour ses livraisons aux Pays-Bas © Cleveron

Cleveron, une entreprise spécialisée dans les solutions pour le retail à la logistique, a développé un robot autonome de livraison. Ce dernier a circulé dans la ville d'Eindhoven, aux Pays-Bas, dans le cadre d'un projet pilote mené en partenariat avec l'entreprise de logistique DPD, rapporte Cleveron fin novembre.

Un opérateur pour contrôler 10 robots
La division Mobility de Cleveron développe et fabrique des robots de livraison autonome pour la livraison du dernier kilomètre. Baptisé Cleveron 701, ce petit robot a reçu les autorisations nécessaires pour opérer sur les routes publiques. Il a été pensé comme une plateforme de livraison polyvalente. L'opérateur peut facilement le modifier pour qu'il réponde aux différents besoins de livraison : concrètement sa partie supérieure amovible et il peut livrer aussi bien des colis que des produits d'épicerie.
 


Jusqu'à présent, et depuis 15 mois, Cleveron 701 a uniquement circulé dans des villes estoniennes. C'est la première fois qu'il sort de son pays d'origine. D'après son concepteur, ce robot autonome peut circuler n'importe où en étant supervisé par un opérateur à distance, qui peut en prendre le contrôle en cas de besoin. En l'occurrence les robots circulant aux Pays-Bas sont contrôlés depuis l'Estonie, soit environ à 1 500 kilomètres. Cleveron 701 peut se déplacer à une vitesse maximale de 25 km/h et transporter jusqu'à 200 kg.

Ce pilote au Pays-Bas, mené en partenariat avec le transporteur DPD, "a montré des résultats prometteurs", assure Jorin Aardoom, manager de la data & de l'innovation chez DPD Pays-Bas. Le processus de commande est resté le même pour les clients. Chaque robot autonome est supervisé par un opérateur qui l'aide à gérer des situations délicates. A terme, l'entreprise estonienne espère qu'un opérateur puisse superviser une dizaine de robots en même temps. Cela permettra de réduire considérablement le coût de la livraison du dernier kilomètre.
 


 

Une forte concurrence
Cleveron a de la concurrence. Aux Etats-Unis, la start-up Nuro développe le même type de robots et a récemment déployé un service commercial de livraison autonome avec 7-Eleven. En France, la pépite Twinswheel planche sur des "droïdes" de livraison et mène une expérimentation assez longue dans la ville de Montpellier. Avec le boom de l'e-commerce, la demande en livraison se multiplie ainsi que les acteurs développant des robots autonomes.

La livraison du dernier kilomètre est coûteuse et complexe à gérer, notamment dans les villes congestionnées. L'utilisation de robots autonomes, contrôlés à distance par un opérateur, pourrait aider les acteurs de la logistique. Mais pour l'instant cette technologie, relativement coûteuse, n'est pas encore au point.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.