Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up Odaseva s'attaque à la GDPR et lève des fonds

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Spécialisée dans la sauvegarde des données stockées dans Salesforce, la start-up franco-américaine profite de l'événement Dreamforce qui se tient du 6 au 9 novembre à San Francisco pour dévoiler son offre GDPR. Discrète, Odaseva compte un million d'utilisateurs et vient de lever des fonds auprès de Serena Capital.

Odaseva s'attaque à la GDPR et lève des fonds
Sovan Bin, fondateur et CEO d'Odaseva, dans son bureau californien. © Juliette Raynal - L'Usine Digitale

Schneider Electric, GE, Suez, ArcelorMittal, Robert Half, Heineken… Tous ces grands comptes utilisent la technologie développée par la start-up franco-américaine Odaseva. Fondée par Sovan Bin en 2012, la jeune pousse a développé une offre de back-up dédiée aux entreprises clientes de Salesforce. Elle lance, à l'occasion de la méga-conférence Dreamforce, une solution pour permettre à ces mêmes entreprises d'être en conformité avec la règlementation GDPR qui vise à renforcer la protection des données personnelles des utilisateurs européens.

 

Schneider Electric comme premier client

"Lorsque je travaillais chez Salesforce, Schneider Electric qui était l'un de mes clients souhaitait s'assurer que ses données seraient protégées en cas de pertes dues à une malveillance en interne ou à une étourderie d'un utilisateur par exemple. Nous avons mené une large étude et nous nous sommes rendus compte qu'il n'y avait pas de solution sur le marché pour répondre à cette demande", raconte l'entrepreneur. De ce constat est née Odaseva, dont le logiciel de sauvegarde est disponible sur l'AppExchange de Salesforce et repose sur l'infrastructure d'Amazon Web Services (AWS).

 

Pour développer sa nouvelle offre GDPR, la start-up a articulé sa vision du texte européen autour de trois thèmes. "Nous voyons la GDPR comme la déclaration de la data et du citoyen et, pour nous, ses trois fondamentaux sont la propriété, la liberté et la sécurité de la donnée", explique le CEO.

 

Propriété, liberté et sécurité

A travers ces trois thèmes, Odaseva a développé une batterie de fonctionnalités. L'une d'entre elles concerne le cycle de vie de la donnée pour minimiser son stockage dans le temps. Une autre s'attaque au droit à l'oubli. "Dans Salesforce, ce droit est difficile à appliquer car la personne existe à travers une grappe d'informations. Nous avons donc développé une technologie qui permet de retrouver cette somme d'informations à partir d'un inventaire. On peut alors supprimer l'information, la pseudonymiser ou l'anonymiser", détaille Sovan Bin. L'offre donne également la possibilité de mettre en œuvre le droit de portabilité, mais aussi de sauvegarder les données (l'offre initiale d'Odaseva) pour assurer leur résilience et de les archiver.

 

"Les 2000 plus grosses entreprises au monde constituent notre cœur de cible. La transformation digitale est au cœur des débats et elle s'effectue à travers la donnée. La GDPR va créer de la confiance et permettre ainsi de travailler avec de la donnée de meilleure qualité. Les entreprises qui investiront dans la GDPR auront une contrepartie", estime Sovan Bin.

 

Une première levée et déjà un million d'utilisateurs...

Aujourd'hui, Odaseva gère plus de 150 milliards de données par an et compte un million d'utilisateurs à travers ses entreprises clientes. La start-up n'a jamais été déficitaire et enregistre un chiffre d'affaires annuel de plusieurs millions d'euros. Une vraie succes story... passée inaperçue ! Et pour cause, Odaseva a fait le (bon) choix de se concentrer sur sa technologie, au détriment du marketing. "Nous étions une équipe d'ingénieurs et tout s'est vendu sur la force de la technologie", raconte l'entrepreneur.

 

Dans les prochains mois Odaseva devrait toutefois davantage faire parler d'elle. La start-up vient de boucler une première levée de fonds auprès de Serena Capital pour renforcer sa présence aux Etats-Unis. Le montant devrait être dévoilé d'ici la fin de l'année. Elle prévoit de réaliser un second tour de table avec le même investisseur pour accélérer son déploiement dans d'autres régions du monde et s'adresser à d'autres services cloud.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale