Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

E-commerce alimentaire : Instacart lève 200 millions de dollars

Levée de fonds Instacart annonce un nouveau tour de table de 200 millions de dollars quatre mois à peine après une levée de fonds de 225 millions de dollars. L’accélération et la normalisation des achats alimentaires en ligne, mais aussi l’arrivée de nouveaux concurrents sur un marché considéré comme peu rentable pousse la start-up californienne à garder une longueur d’avance.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

E-commerce alimentaire : Instacart lève 200 millions de dollars
E-commerce alimentaire : Instacart lève 200 millions de dollars © Instacart

La société américaine Instacart, spécialiste des courses alimentaires, a annoncé le 8 octobre avoir levé 200 millions de dollars dans le cadre d'un nouveau tour de financement mené par Valiant Peregrine Fund et D1 Capital Partners, ses partenaires historiques. Une levée de fonds supplémentaire qui porte à près de 2,3 milliards de dollars les fonds levés par la société, et sa valorisation à 17,7 milliards de dollars. En juin dernier, un tour de table avait permis à la start-up de San Francisco de lever 225 millions de dollars.

Les nouveaux capitaux seront dédiés au développement de "nouvelles fonctionnalités et outils pour améliorer l'expérience client", explique l’entreprise californienne dans un billet de blog. Elle va accélérer le déploiement de sa plateforme de marketing digital, baptisée Instacart Ads, lancée en mai dernier, qui permet aux marques de promouvoir leurs produits auprès des consommateurs via les résultats de recherche. Elle offre également des outils pour mesurer l’efficacité des campagnes publicitaires en ligne.

350 enseignes et environ 250 000 magasins desservis
Normalisées par la pandémie, les ventes en ligne de produits d’épicerie continuent leur progression après des records atteints durant les périodes de confinement. Instacart précise employer à date 750 000 personnes dédiées à la préparation et à la livraison des commandes. La spécificité de la jeune pousse californienne est en effet d’employer des particuliers affiliés au service. Au départ concentrée sur les travailleurs indépendants, l’entreprise a peu à peu embaucher des salariés afin d’améliorer la qualité de son service.

La société s'est associée à Walmart qui peut désormais proposer à ses clients un service de livraison le jour même dans certaines villes américaines, ainsi qu’à l’enseigne 7-Eleven. Elle travaille également avec Aldi, Target, Costco, Albertsons, Kroger et Sam's Club, qui voit dans la start-up le moyen de rivaliser avec Amazon et son programme Prime. A date, Instacart revendique 350 enseignes et environ 250 000 magasins desservis en Amérique du Nord.

Un marché, estimé 250 milliards de dollars d'ici 2025, l’e-commerce en ligne devraient auquel s’intéressent également Uber et DoorDash, le premier le considérant comme la voie pour diversifier ses activités à l’heure où les déplacements humains sont encore limités.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media