Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Monoprix et Ocado posent la 1ère pierre de leur entrepôt ultra-robotisé pour un e-commerce alimentaire enfin rentable

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dans le cadre de leur partenariat annoncé fin novembre 2017, Monoprix et Ocado ont posé officiellement ce jeudi 5 juillet 2018 à Fleury-Mérogis (91) la première pierre du futur entrepôt du groupe Casino. D’une surface de 36 000 m2, cet entrepôt est le premier en France à se doter de la technologie de l’épicier en ligne britannique. Une brique de taille pour la stratégie e-commerce de Monoprix.

Monoprix et Ocado posent la 1ère pierre de leur entrepôt ultra-robotisé pour un e-commerce alimentaire enfin rentable
Monoprix et Ocado posent la 1ère pierre de leur entrepôt ultra-robotisé pour un e-commerce alimentaire enfin rentable © Laëtitia Duarte

Le partenariat entre Monoprix et Ocado prend forme. L'enseigne du groupe Casino et le roi de l'automatisation dans le e-commerce alimentaire ont posé la première pierre de leur entrepôt automatisé ce jeudi 5 juillet 2018 à Fleury-Merogis (91). Une étape majeure dans la stratégie de Monoprix de devenir un nouvel acteur de la livraison de courses alimentaires à domicile dès 2020. Objectif : réaliser 10% du chiffre d'affaires en e-commerce d’ici à 5 ans.


Des commandes de 50 articles préparées en 6 à 8 min

Il s’agit du troisième entrepôt nouvelle génération et ultra-automatisé d’Ocado. D’une surface de 36 000 mètres carrés, ce dernier comprendra le stockage de 70 000 produits – soit 3 à 4 fois plus que les entrepôts dédiés au e-commerce alimentaire – mixant denrées à température ambiante, fraîches et surgelées. De là, Monoprix sera en mesure de desservir ses clients dans un rayon de 250 kilomètres, soit la grande région Ile de France, la Normandie et les Hauts de France. Et ce, à J+1.

Pour assurer cette activité e-commerce et tirer son épingle du jeu sur ce marché très concurrentiel, Monoprix mise sur l’expertise reconnue d’Ocado. Toute la technologie de robotisation de l’épicier en ligne anglais et sa plateforme OSP (Ocado Smart Platform) seront ainsi déployée au sein de cet entrepôt. Concrètement, les produits seront stockés sur des grilles de 300 m2 sur lesquels les robots se déplaceront et amèneront les produits au préparateur. Au-delà de la qualité et la précision de la préparation, une commande de 50 articles pourra ainsi être préparée en 6 à 8 min, contre 15 minutes en moyenne pour les autres acteurs, d’après le groupe Casino.


1000 emplois à la clé

La fin de la construction de l’entrepôt est prévue pour mars-avril 2019 et le démarrage de l’activité pour début 2020. Dans l’intervalle, les robots seront installés et testés. Et bien que ce soit un entrepôt automatisé, le groupe Casino insiste sur l’aspect humain. Au total, ce projet devrait ainsi générer 1000 emplois, dont environ un-tiers de préparateur et deux-tiers de chauffeurs-livreurs. Avec des formations à la clé. "Même si on peut préparer très vite, on a besoin de flux pour absorber les commandes", commente un porte-parole du groupe.

Par ailleurs, pas question que les camions de livraisons soient aux couleurs d’Ocado. C’est bien le logo Monoprix qui les recouvrira. Le groupe Casino reste pleinement propriétaire et opérera lui-même les livraisons.
 

Une activité e-commerce alimentaire enfin rentable ?

Si Monoprix fait déjà de la livraison à domicile, l’enseigne souhaite améliorer ses services et couvrir une plus zone de chalandise plus vaste. Et ce, en proposant un "assortiment plus large et une qualité de préparation excellente", confie le groupe Casino à L’Usine Digitale. Autre objectif : assurer des livraisons qui soient profitables. "Ce défi sera rempli avec la solution Ocado", nous assure le groupe qui a justement choisi l’opérateur anglais pour "sa capacité à opérer dans la durée des livraisons à domiciles rentables".
Si le nombre de commandes gérées par Monoprix aujourd'hui n'est pas communiqué, fin novembre 2017, Ocado gérait, à titre d'exemple, 250 000 commandes par semaine avec ces deux entrepôts en Grande-Bretagne, sachant qu'un troisième entrepôt a  ouvert depuis.

A terme, le groupe Casino n’écarte pas l’idée de construire un second entrepôt pour couvrir la moitié sud de la France. Mais à ce jour, rien n’est encore acté. De même, s’il s’agit d’une structure pour l’instant entièrement dédiée à Monoprix, le groupe ne s’interdit rien en termes de développement de projets pour d’autres enseignes propriétaires. Mais là encore, ce n’est pas d’actualité. En attendant, Monoprix pose ici une nouvelle brique de sa stratégie omnicanale.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale