Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

E-commerce : le gestionnaire de flux Channable veut se faire un nom sur le marché français

Créée en 2014 aux Pays-Bas, Channable a mis au point une solution destinée aux e-commerçants qui combine gestion de flux et automatisation SEA. La société, qui opère sur le marché français depuis 2017, espère y réitérer le succès rencontré au Benelux.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

E-commerce : le gestionnaire de flux Channable veut se faire un nom sur le marché français
E-commerce : le gestionnaire de flux Channable veut se faire un nom sur le marché français © Channable

Fondée en 2014 aux Pays-Bas par Rob van Nuenen, Stefan Hospes et Robert Kreuzer, Channable s’est spécialisée dans la gestion de flux et l’automatisation SEA (Search Engine Advertising).

Autrement dit, elle développe une solution qui, intégrée aux plateformes e-commerce du marché (Magento, Shopify, Prestashop…),  aide les e-commerçants à accroître leur visibilité et celle de leurs produits. "Nous nous adressons surtout aux marchands qui disposent de gros catalogues, mais nos abonnements sont aussi disponibles pour des catalogues de moins de 500 produits", détaille Amelia Mesli, chargée de marketing pour la France chez Channable.

Une optimisation sur 2 500 canaux
Concrètement, la solution permet de diffuser les produits sur un grand nombre de plateformes : les sites de comparaison de prix (Google Shopping, Kelkoo, Stylight), d’affiliation (Criteo…), les marketplaces (Amazon, Cdiscount, bientôt AliExpress…), et les réseaux sociaux (Facebook et Instagram, Snapchat, Pinterest...). Cela représente un total de 2 500 canaux où sont optimisés les flux et sur lesquels sont diffusés les produits.

Après avoir été importés des catalogues, les flux de données sont catégorisés et triés pour que les champs, spécifiques à chaque canal, soit correctement remplis. "Cette fonctionnalité de catégorisation intelligente permet de gagner énormément de temps", poursuit Amelia Mesli.

La solution de Channable met en place des règles pour chaque référence, par exemple exclure des plateformes les produits épuisés. "Etre redirigé vers une page e-commerce alors que la référence n’est plus en stock est une expérience négative pour le client, sans compter que c’est un mauvais signe adressé à Google, qui peut alors pénaliser la page en diminuant son ranking", ajoute-t-elle.

Autre exemple de filtre pour un commerçant : exclure d’une marketplace les produits vendus en dessous d’un certain prix et dont la vente n’est pas suffisante au regard de la commission prélevée, proposer la livraison gratuite pour les paniers dont le montant est supérieur à un prix fixé ou retirer un article d’une plateforme si celui-ci ne se vend pas. La plateforme génère aussi des rapports d’erreurs, comme l’absence d’un code EAN (European Article Numbering).

Gestion automatisée des annonces pour Google Ads
Le deuxième volet de l’outil est la création automatique de milliers d’annonces SEA dynamiques pour Google Ads et Microsoft Advertising, dont le contenu est basé sur les données du flux de l’annonceur. Il peut alors gérer l’intégralité de ses annonces (descriptifs, mots-clés…) depuis une seule et même interface, suivre la performance de ses produits et ainsi maximiser la rentabilité de ses canaux marketing grâce à l’intégration avec Google Analytics, disponible directement dans l’outil.

Les "connexions commandes" permettent par ailleurs aux commerçants de recevoir toutes les informations relatives à leurs commandes directement dans leur compte Channable grâce à une connexion directe entre l’outil et les marketplaces – il s’agit d’une fonctionnalité disponible uniquement pour les places de marché – qui offre un gain de temps puisque le client n’a pas à aller chercher l’information sur chacune des marketplaces sur lesquelles il vend ses produits, tout étant centralisé.

Des abonnements mensuels et sans engagement
La société basée à Utrecht opère au Benelux, où elle occupe une position de leader, ainsi qu'en Allemagne, France, Espagne, Portugal, Italie, Suisse, Canada francophone, Royaume-Uni, dans les pays scandinaves et aux Etats-Unis. Rentable, avec un chiffre d'affaires en croissance de 91% de 2019 à 2020, elle se rémunère via des abonnements mensuels et sans engagement. Alors que la pandémie a entraîné une hausse des ventes en ligne, et en amont de grands temps forts commerciaux comme le Black Friday, elle veut convaincre les commerçants.


"70% des consommateurs n’envisagent pas de revenir en magasin, analyse Amelia Mesli. Et nous attendons une augmentation de 20% des ventes en ligne à l’occasion de cet événement dont les consommateurs profitent pour faire une partie de leurs achats de Noël". Autrement dit, les e-commerçants doivent se tenir prêts à cette vague de commandes en optimisant l’ensemble de leurs flux et canaux de vente.

Une position de challenger en France
Présente sur le marché français depuis 2017, elle espère réitérer le succès de son pays d’origine – elle tire 75% de ses revenus du Benelux. "Nous sommes la seule entreprise dont la solution combine la gestion de flux et l’automatisation SEA, que nous avons développée il y a six ans", poursuit Amelia Mesli. Une spécificité sur laquelle compte l’acteur néerlandais pour se différencier, face, en France, à Lengow, leader incontesté du marché.

La société emploie 140 personnes et recrute actuellement des commerciaux, développeurs et étoffe son service-client. Le support client, en ligne et par téléphone, est gratuit. Un atout qui, estime la scale-up, pourra également l’aider à faire la différence, à condition de davantage travailler sa notoriété sur les nouveaux marchés. La société revendique un portefeuille de plus de 4 000 clients internationaux, parmi lesquels TUI, Ikea, Danone, Ad’s Up, Pierre & Vacances - Center Parcs, Artefact, Decathlon ou encore Rituals.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media