Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

E-commerce : le sursaut (inespéré) de Walmart en cinq chiffres

11 528 magasins physiques déployés dans 28 pays et des dizaines de sites marchands. Malgré son réseau tentaculaire, Walmart, le numéro 1 mondial de la distribution, trébuche sur Internet. Pour tenter de rattraper Amazon (une mission quasi impossible), le plus grand retailer du monde multiplie les acquisitions et engage des investissements colossaux. Ses efforts portent-ils enfin leurs fruits ? C'est ce que les résultats de son 4ème trimestre 2016, publiés cette semaine, laissent à penser. Le point en cinq chiffres clés. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

E-commerce : l'offensive de Walmart en cinq chiffres
E-commerce : le sursaut (inespéré) de Walmart en cinq chiffres © Walmart

1999

C'est la date à laquelle le géant américain de la distribution s'est lancé dans le commerce en ligne. Malgré cette arrivée précoce sur Internet et de nombreux investissements, les ventes en ligne représentaient jusqu'en 2015 une part infime de l'activité de Walmart : 2,8% de ses ventes globales. Le site américain Internet Retailer, spécialiste de la distribution en ligne, indique ainsi qu'en 2015 les revenus générés par les ventes en ligne s'élevaient à 13,7 milliards de dollars pour Walmart. A titre de comparaison, la même année, les ventes en ligne d'Amazon flirtaient, elles, avec les 100 milliards de dollars (92,45 milliards de dollars très exactement).

 

2 milliards

Pour combler son criant retard en ligne, Walmart a annoncé fin 2015 qu'il allait injecter deux milliards de dollars sur deux ans : 900 millions de dollars en 2016, puis 1,1 milliard de dollars en 2017. L'Américain expliquait alors qu'il allait réaliser de nombreux investissements pour moderniser ses entrepôts, une brique clef du e-commerce où la firme de Jeff Bezos excelle. Les trois années précédentes, Walmart avait déjà consacré 2,7 milliards de dollars à sa stratégie e-commerce, dont 700 millions de dollars en 2015.

 

3,3 milliards

Outre ses investissements technologiques et logistiques, Walmart fait aussi des emplettes. En août 2016, l'Américain a annoncé une opération record en s'offrant le site Jet.com pour la coquette somme de 3,3 milliards de dollars. Il s'agit de la plus importante acquisition dans le monde du e-commerce. Le credo initial de Jet.com ? Proposer aux internautes des produits moins chers que chez les concurrents en échange d'une cotisation annuelle. Le site avait cependant revu son business model quelques mois après son lancement. Depuis sa création, en 2014, Jet.com avait levé plus de 800 millions de dollars, portant sa valorisation à plus d'1,6 milliard de dollars. Il était toutefois loin de la rentabilité et dépensait chaque mois environ 20 millions de dollars en publicité. Mais via cette acquisition, Walmart a surtout voulu mettre la main sur son fondateur : Marc Lore, également à l'origine du site Diapers.com, racheté par Amazon 550 millions de dollars. Il devient, avec cette opération, responsable de toutes les opérations en ligne du plus grand retailer mondial.

 

51 millions

Pas plus tard que le 15 février dernier, Walmart a fait une nouvelle acquisition en s'offrant Moosejaw, spécialiste de l'outdoor, pour 51 millions de dollars. En 2015, Moosejaw a enregistré un chiffre d'affaires de 97,2 millions de dollars sur Internet. Via cette acquisition, (quasi insignifiante comparée à celle de Jet.com), Walmart chercherait surtout à diversifier sa base de clients en ligne, en touchant des foyers disposant de revenus annuels plus élevés. Mais ce dernier rachat a été vivement critiqué par les experts du secteur, ces derniers qualifiant la stratégie e-commerce de Walmart d'incohérente. "Walmart cherche désespérément une légitimité qu'il ne possède pas. L'acquisition  de Moosejaw est une tentative pathétique de le faire. Si Walmart annonçait 100 acquisitions comme celle-ci, il aura peut-être une stratégie cohérente", juge Mark Cohen, directeur des études de distribution à l'université de Colombia, interrogé par Internet Retailer.

 

29%

Il n'empêche que les nombreuses acquisitions et les investissements colossaux engagés par le géant américain semblent (enfin) porter leurs fruits. Au quatrième trimestre de l'exercice 2016, les ventes en ligne de Walmart ont bondi de 29%, par rapport au quatrième trimestre de l'année précédente. En valeur, les ventes représentent une hausse de 36% par rapport au 4e trimestre de 2015. Sur la totalité de l'année, les ventes de Walmart sur Internet auraient ainsi atteint 15,82 milliards de dollars, contre 13,7 milliards de dollars l'année précédente. Il n'en reste pas moins que sur le dernier trimestre de l'année, l'activité e-commerce de Walmart ne représente toujours pas 5% de son activité globale. Pas de doute, le marathon dans lequel Walmart s'est engagé pour rattraper Amazon est loin (très loin) de s'achever. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media