Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

E.Leclerc lance à son tour son assistant vocal, avec Google Assistant

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Les magasins E.Leclerc ont annoncé, le 22 août 2018, le lancement de leur assistant vocal. En s'adressant à ce dernier, les clients pourront réaliser une liste de courses dans un premier temps. L'enseigne travaille sur des algorithmes qui permettront, à l'avenir, de transformer cette liste de produits génériques en panier.

E.Leclerc lance à son tour son assistant vocal, avec Google Assistant
E.Leclerc lance à son tour son assistant vocal, avec Google Assistant © Google

Après Monoprix, Carrefour et Auchan, c’est au tour de E.Leclerc d'annoncer le lancement de son assistant vocal. L’enseigne bretonne a développé, avec l’aide technique de la start-up ClaraVista, une première application de "mémo-course". Le service doit permettre aux consommateurs, titulaires d’un compte client, d’établir une liste de produits génériques (savon, tomates, dentifrice…) et de l’enrichir en s’adressant directement à l’assistant vocal de l’enseigne, via Google Assistant, disponible sur smartphone ou l’enceinte Google home.


Lors de la première utilisation, ils devront s’identifier via leur compte E.Leclerc. Cela leur permettra, le jour de l’achat, de pouvoir retrouver la liste dans leur espace personnel hébergé sur le site et les applications Drive de l'enseigne. Mais aussi sur le site parisien de livraison à domicile E.Leclerc chez moi.

 

Une liste omnicanal

Le mémo-course existe déjà, sous forme textuelle, sur le site Drive de l’enseigne. Afin de faciliter le parcours de l'utilisateur, celui-ci pourra commencer son pense-bête manuellement derrière son ordinateur, puis le poursuivre vocalement. "En ajoutant un pack de lait depuis sa cuisine, lorsqu’il vient de finir la dernière brique par exemple…", illustre Maud Funaro, directrice de la stratégie et de l’innovation, à L'Usine Digitale. "Pour l’instant, il ne s’agit pas encore d’ajouter des références à un panier que l’on peut valider et régler. C’est un premier usage assez basique, mais qui répond cependant à un vrai besoin utilisateur", explique la responsable. 

 

Vers le panier vocal

En complément, E.Leclerc prévoit donc de lancer un service vocal complémentaire sur Google Home au premier trimestre 2019 : le panier Drive. Cette fois, les produits génériques commandés à l’assistant seront automatiquement transformés en "références produits". Ainsi, si un client souhaite acheter de la lessive par exemple, l’assistant pourra, en se référant à son historique et donc à ses habitudes d’achats, déduire la marque et le format du produit en question. En cas de doute, il renverra l’utilisateur sur le site, pour qu'il fasse son choix parmi les produits qu’il a pu identifier. "Le vocal ne fera peut-être pas 100% de la transaction sur 100% des produits d’un panier alimentaire. Cela représente tout de même un certain nombre d’articles. Pour plus d’efficacité, nous pensons donc qu’il faut associer le vocal au visuel, ce qui est possible via l’enceinte connectée", détaille Maud Funaro, directrice de la stratégie et de l’innovation.

 

E.Leclerc est la deuxième enseigne française à lancer un tel service de liste de courses. En novembre 2017, Monoprix proposait déjà à ses clients de dicter ses besoins à l'assistant Google, sans qu'il lui soit possible non plus de constituer directement un panier, ni de finaliser vocalement une commande définitive. Carrefour devrait suivre. Le distributeur a annoncé, en juin 2018, que ses clients français pourront effectuer leurs achats via Google Assistant d'ici 2019 et se faire livrer à domicile ou récupérer les marchandises en magasin.

 

Le commerce vocal a de quoi aiguiser les appétits des grandes enseignes de l'alimentaire. Ce nouveau marché pourrait générer près de 40 milliards de dollars de chiffre d'affaire mondial d'ici 2022, contre 2 milliards aujourd'hui, souligne une étude du cabinet OC&C Strategy Consultants, publiée en février. Les produits d'épicerie représentent 20% du chiffre d'affaires global.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale