Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

e-NABLE connecte les imprimeurs 3D avec des demandeurs de prothèses

La communauté en ligne e-NABLE permet de mettre en contact des imprimeurs 3D bénévoles avec des particuliers en besoin de membres artificiels. Les membres collaborent sur leurs créations en mode open source, afin de démocratiser l'accès aux prothèses.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

e-NABLE connecte les imprimeurs 3D avec des demandeurs de prothèses
e-NABLE connecte les imprimeurs 3D avec des demandeurs de prothèses © e-NABLE

e-NABLE, ou comment la technologie peut démocratiser l'accès aux soins. La communauté en ligne e-NABLE met en contact des particuliers en recherche de prothèses, et des imprimeurs 3D volontaires pour fabriquer des membres artificiels, qu'ils soient des particuliers, des entreprises, des écoles ou des associations. La communauté est alimentée par un blog, une page Facebook et une page Google+ sur lesquels les membres peuvent échanger. L'idée est née après la collaboration entre un fabricant américain et un charpentier sud-africain, qui ont créé la première main artificielle par impression 3D. Ils en ont ensuite partagé les plans en ligne afin d'en faire bénéficier le reste du monde.

Baisse des coûts

Jon Schull, le fondateur d'e-NABLE, un chercheur américain du Rochester Institute of Technology, explique : "une main artificielle traditionnelle coûte environ 10 000 dollars alors que les matériaux pour imprimer une main en 3D peuvent coûter moins de 50 dollars. Il y a juste besoin de quelqu'un qui a accès à une imprimante 3D et qui veut bien donner un peu de son temps".

La communauté e-NABLE a été conçue d'abord comme une carte interactive, pour identifier et connecter les imprimeurs 3D bénévoles. Les deux modèles phares pour l'instant sont le "Cyborg Beast" et le "Talon Hand 2.0", qui utilisent des doigts en plastique contrôlés par une flexion du poignet, des câbles qui faisant office de tendons pour que la prothèse puisse attraper des objets.

Collaboration en mode open source

Les membres de la communauté s'entraident pour améliorer les modèles existants, et chacun peut participer en imprimant des morceaux, en créant un objet complet ou simplement en donnant des conseils à ceux qui voudraient créer leurs propres membres artificiels. Selon le site internet d'e-NABLE, chaque design est différent, et les coûts varient entre 20 et 150 dollars (entre 15 et 100 euros). "Certains modèles utilisent du cuir, ou l'ortho-plastie médicale, d'autres utilisent principalement des morceaux imprimés en 3D rembourrés avec des compresses médicales", reprend Jon Schull.

Le fondateur imagine que ce modèle de démocratisation de la technologie ne s'arrêtera pas aux membres artificiels : "je vois e-NABLE comme un réseau collaboratif d'entraide, pour la création, la personnalisation et la fabrication de toutes sortes de technologies d'assistance. C'est un modèle évolutif qui peut aller bien au-delà de prothèses de main imprimées en 3D".

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale