Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[e-santé] Nateo Healthcare accélère le développement d'une ceinture connectée pour la surveillance des grossesses à risque

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dans la foulée d'une levée de fonds de 400 000 euros, la start-up toulousaine Nateo Healthcare vient de décrocher 250 000 euros du volet régionalisé du PIA 3 (Programme d'Investissement d'Avenir) en Occitanie. De quoi accélérer le développement de son dispositif médical innovant : une ceinture bardée de capteurs pour améliorer la surveillance des grossesses à risque.

Nateo Healthcare concocte une ceinture connectée pour la surveillance des grossesses à risque
[e-santé] Nateo Healthcare accélère le développement d'une ceinture connectée pour la surveillance des grossesses à risque © Capture écran

"Notre solution va faciliter le travail des sages-femmes et des gynécologues-obstétriciens lors des consultations prénatales et pour la surveillance du fœtus avant l'accouchement. Mais surtout, elle devrait permettre le développement de la médecine ambulatoire pour le suivi à distance de certaines grossesses à risques", explique Olivier Beaudoin, co-fondateur et directeur des opérations de Nateo Healthcare.

 

Créée en juillet 2016, la start-up travaille à la mise au point d'une ceinture mobile et connectée qui a pour ambition de révolutionner la surveillance du bien-être fœtal. L'objectif est de proposer un dispositif médical à la fois compact, mobile et connecté. Les cardiotocographes usuellement utilisés pour l'enregistrement du rythme cardiaque fœtal et des contractions utérines nécessitent en effet la présence permanente d'un professionnel de santé qui doit s'assurer de la bonne position du dispositif et du suivi correct du signal. 

 

Une solution adaptée à la télésurveillance à domicile de grossesses à risque

La ceinture imaginée par Nateo Healthcare sera équipée de multicapteurs à ultrasons, pour couvrir l'ensemble des positions possibles du fœtus et s'adapter à toutes les morphologies de patientes. Elle sera aussi dotée d'un système de détection automatique du cœur du fœtus, sans confusion possible avec le cœur de la mère, grâce à des travaux conduits en partenariat avec l'Irit (Institut de recherche en informatique de Toulouse). Ces travaux ont déjà donné lieu à un premier brevet. "Notre ceinture sera par ailleurs facile à positionner par la patiente elle-même et équipée d'une connection sans fil et longue distance, ce qui nous ouvre de nouvelles perspectives de croissance avec le développement de la télésurveillance à domicile de grossesses à risque", insiste Olivier Beaudoin.

La start-up qui a déjà fait la preuve de concept de son dispositif sur la base de simulations, compte maintenant passer à la concrétisation avec la mise au point d'un prototype et le lancement de premières campagnes de tests, prévues avant la fin de l'année 2018, dans le cadre d'un partenariat avec le CHU de Tours.


Deux nouvelles levées de fonds programmées

 

L'équipe de Nateo Healthcare


Pour accompagner cette nouvelle étape de développement (une première équipe de 6 ingénieurs a été recrutée), Nateo Healthcare vient de lever 400 000 euros auprès de business angels toulousains et d'obtenir une subvention de 250 000 euros de Bpifrance, au titre du tout nouveau volet régionalisé du PIA 3 (Programme d'Investissement d'Avenir) en Occitanie, mis en œuvre en toute fin d'année dernière par l'Etat et la région Occitanie. La société compte sur du crédit impôt recherche et sur un prêt d'honneur pour compléter cette première étape de financement.

Dans la foulée, deux autres levées de fonds sont déjà programmées, l'une avant la fin de l'année 2018 et la seconde pour mi-2019, pour accompagner l'entreprise jusqu'à la certification CE de son dispositif médical et son lancement commercial, prévu pour le second semestre 2020. D'ici là, l'effectif de la société devrait être renforcé d'une douzaine d'emplois supplémentaires, avec en perspective un développement à l'international, dans un délai de 4 à 5 ans.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale