Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Easiware, l’alternative à Salesforce

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Easiware, l’alternative française à Salesforce

Siège : Marseille
Editeur 85% cloud
Logiciels de gestion de la relation avec les clients Infrastructure cloud chez l’hébergeur ASPServeur Chiffre d’affaires: 3,3 millions d’euros (+65%)
International: 30% dans 4 ans

 

Né en 2008 à Marseille, Easiware propose une alternative française à Salesforce dans la gestion de la relation client. "J’ai été effaré par la complexité et la longueur de déploiement des solutions disponibles jusqu’ici sur le marché, explique Brendan Natral, son directeur général et cofondateur. Nous voulons simplifier l’accès à ces outils aux PME et entreprises de taille intermédiaire." Ses solutions de gestion des réclamations clients, des forces de vente et de marketing web ont séduit des entreprises comme la SNCF, Air France Industries KLM, Nuxe, Rémy Cointreau ou Michel et Augustin. Cette start-up de 30 personnes se targue d’avoir emporté en 2014 le contrat de Bonduelle face au géant américain Oracle. Depuis sa création, Easiware double son chiffre d’affaires tous les ans, atteignant 3,3 millions d’euros en 2013. Et, fait rare, il a été bénéficiaire dès la première année. Cantonné jusqu’ici à la France, il prépare son expansion en Europe puis dans le reste du monde. Objectif : atteindre 15 millions de chiffres d’affaires dans quatre ans, dont 30 % à l’international. Né dans le cloud, il ne s’interdit pas la vente de ses logiciels en licence, un modèle choisi par 15 % de ses clients.

 
media