Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

EasyMile autorisé à faire circuler sa navette autonome sans opérateur à bord à Toulouse

EasyMile obtient l'autorisation de faire circuler sa navette autonome sans opérateur de sécurité à son bord à l'Oncopole de Toulouse. La start-up va débuter des tests en vue de faire monter les premiers passagers dans cette navette d'ici début janvier 2022. Un opérateur débarqué, situé dans un centre de contrôle, aura à sa charge le contrôle de la navette autonome en cas d'incident.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

EasyMile autorisé à faire circuler sa navette autonome sans opérateur à bord à Toulouse
EasyMile autorisé à faire circuler sa navette autonome sans opérateur à bord à Toulouse © Marina Angel

EasyMile, spécialiste des navettes autonomes, a reçu l'autorisation de faire circuler sa navette autonome sans opérateur à bord sur le site de l'Oncopole de Toulouse. La pépite française, qui affirme que c'est une première en Europe, a annoncé avoir décroché cette autorisation d'expérimentation le 22 novembre 2021. EasyMile assure vouloir débuter les tests sans passagers d'ici quelques jours et souhaite ouvrir au public ce service de navette autonome sans opérateur à bord d'ici début janvier 2022.

La navette autonome, qui circule depuis mars, réalise un trajet de 600 mètres et croise voitures, vélos, piétons. Désormais, un opérateur débarqué aura à sa charge la supervision de la navette depuis un centre de contrôle permettant de surveiller plusieurs véhicules autonomes.

Bientôt un changement de réglementation
Un nouveau cadre réglementaire doit entrer en application en septembre 2022, suite à un décret adopté le 29 juin 2021. Les véhicules autonomes seront alors autorisés à circuler sans opérateur à bord sous condition. "Cette autorisation expérimentale délivrée aujourd’hui à EasyMile est une grande première, qui préfigure l’entrée en vigueur du cadre réglementaire pérenne en 2022, et je tenais à venir moi-même les en féliciter aujourd’hui", a déclaré Jean-Baptiste Djebbari , le ministre chargé des Transports, à cette occasion.

"La Loi d’orientation des mobilités et ses textes d’application vont permettre le déploiement des véhicules automatisés avec un niveau 4 d’autonomie de manière pérenne dès 2022, sans aucun intervenant humain à bord, en définissant la répartition des rôles et des responsabilités entre le conducteur et le concepteur du système automatisé", a-t-il ajouté.

Un pas de plus vers la commercialisation
"Il s'agit d'une étape importante vers la commercialisation de la conduite autonome, tant sur les grands sites privés que sur les routes publique", a assuré Benoit Perrin, directeur général d'EasyMile. La start-up qui planche sur une technologie de conduite autonome ne développe pas uniquement que des navettes. Côté transport de passagers, elle aimerait également déployer un bus autonome dans le courant de l'année 2022. Un autre volet de sa stratégie est tourné vers la logistique et le transport de marchandise. Elle propose par exemple des tracteurs autonomes ou d'autres véhicules autonomes utiles pour des industriels.

EasyMile explique avoir déjà déployé des véhicules autonomes sans conducteur en France mais sur des sites privés. L'expérimentation à l'Oncopole de Toulouse a la particularité de se tenir sur des routes publiques, accessibles aux autres usagers de la route. Elle mène également déjà des expérimentations de navettes autonomes sans opérateur à bord en Amérique du Nord et en Australie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.