Eazee Link veut faire le lien entre le consommateur, les bars et les marques de boisson

La start-up Eazee Link, au service des marques de boissons et des professionnels des cafés, hôtels et restaurants, vient de lever 2,5 millions d’euros pour déployer et améliorer sa solution. Entre données de consommation et impact d’une stratégie de communication, les marques assurent elle-même la force commerciale de la jeune pousse.

Partager
Eazee Link veut faire le lien entre le consommateur, les bars et les marques de boisson

Les bars, hôtels et restaurants strasbourgeois connaissent l’application Vazee, désormais baptisée Eazee Link, puisqu’elle y a fait ses débuts en 2014. Ancien propriétaire d’établissement, Mathieu Brosh et son associé ont voulu faciliter la relation entre les marques de boissons industrielles et les commerçants tout en intégrant le consommateur final.

"Les cafés, hôtels et restaurants, CHR, représentent un marché hautement stratégique pour les marques car elles y créent un contact et une appétence chez le consommateur." Ainsi, Apérol Spritz s’est d’abord immiscé sur les terrasses avant d’être plébiscité par les français au moment de leurs courses en grande surface. Mais si le principe semble simple, il reste fastidieux et chronophage pour d’importantes équipes commerciales de pénétrer les 150 000 établissements indépendants de France.

Une communication mesurée

Dans un autre temps, les marques de boissons comptaient uniquement sur les sous-verres, les affiches et les chevalets de table pour toucher le consommateur sans pouvoir en quantifier l’impact. "Nous avons d’abord imaginé une application pour le consommateur qui, en l’utilisant pour payer ses consommations, bénéficiait de cashback. Nous en tirions des données de paiement et de volumétrie sur les marques consommées."

De leur côté, les marques disposaient alors d’un nouvel outil de communication avec des bannières ou des menus mettant en avant leurs produits. Les établissements profitaient quant à eux d’un nouvel outil gratuit qui s’est enrichi d’un QR Code puis d’un tag MSC à l’arrivée de la Covid. "Les commerçants peuvent y mettre leur menu. Initialement en PDF, il a depuis été enrichi avec des menus déroulants et différentes options à ajouter sans frais comme un module de récolte d’avis clients, la commande à table, un lien sur les réseaux sociaux ou encore un module de lien vers le réseau wifi."

A la différence de ses concurrents, Eazee Link mise sur la gratuité de sa solution pour les établissements tandis que des marques comme Nestlé Waters, Pernod Ricard, Orangina Schwepps ou Pepsico ont adopté la solution pour une communication digitale nouvelle dans les bars. "Nous leur proposons des communications ciblées en fonction des produits à la carte, de la localisation géographique ou encore de la typologie d’établissements."

Pour se déployer, Eazee Link se repose sur la force commerciale terrain de ses clients marques qui préconisent la solution, mettant ainsi 300 commerciaux au service de la start-up. Désormais 2 500 établissements utilisent Eazee Link. "On apporte de la mesure à la marque qui connait le nombre d’affichage de ses campagnes, le nombre de consommateurs exposés et l’incidence sur le taux de prise de commande."

Se déployer et s’améliorer

La récente levée de fonds de 2,5 millions d’euros réalisée par Eazee Link vise à doubler le nombre d’établissements utilisateurs d’ici juin 2023. Pour y parvenir, la start-up prévoit de s’appuyer sur les distributeurs, intermédiaires qui assurent les livraisons de boissons chaque semaine. "Il possède une imposante force commerciale en échange de laquelle nous mettrons une grille de commissionnement sur le déploiement."

La nouvelle enveloppe permettra également de grossir les rangs de l’équipe technique de la jeune pousse pour passer de 17 à 27 salariés d’ici avril 2023. "Nous allons améliorer la solution en ajoutant des fonctionnalités pour les commerçants qui pourront mentionner les allergènes ou mettre en place un module de recommandation de produit pour augmenter le panier moyen." De leurs côtés, les marques, dont le nombre devrait passer de 25 aux 100 plus présentes sur le marché d’ici la fin d’année 2023, pourront en tirer de nouvelles données.

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS