Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Econocom se réinvente en galaxie de petites sociétés autonomes

Après les grandes acquisitions, le groupe franco-belge de services numérique Econocom privilégie désormais l’investissement dans des pépites, comme Alter Way, Bizmatica, Nexica ou Norcod. Mais pas question de les digérer. Ces sociétés sont gérés comme des satellites autonomes pour répondre au besoin d’agilité de la transformation digitale.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Econocom se réinvente en galaxie de petites sociétés autonomes
Econocom se réinvente en galaxie de petites sociétés autonomes © Flickr/cc Bob Mical
Econocom poursuit sa croissance externe. Le groupe franco-belge de services numériques vient d’investir dans quatre pépites : Alter Way (intégrateur français de logiciels open source), Bizmatica (spécialiste italien de la mobilité), Nexica (hébergeur espagnol d’applications critiques) et Norcod (spécialiste français de la mobilité). L’investissement atteint 66 à 100% du capital selon la société. Les quatre pépites représentant ensemble un chiffre d’affaires de 37 millions d’euros et un effectif de 250 personnes. 
 
Econocom s’est construit par une succession d’acquisitions structurantes, la dernière étant celle de la société de services Osiatis finalisée en septembre 2013. Avec cette opération, le groupe a doublé de taille pour atteindre 8500 personnes et 2 milliards d’euros de chiffres d’affaires. "Nous avons passé plus d’un an à en faire l’intégration, confie Jean-Louis Bouchard, le PDG-fondateur. C’était très difficile et compliqué. Nous avons voulu changer de mode de croissance externe."
 
Des pépites cibles de 10 à 15 millions d'euros de chiffre d'affaires
 
L’heure est maintenant à l’investissement dans des pépites. "Il y a plein de petites sociétés de 100 personnes et 10 à 15 millions d’euros de chiffre d’affaires qui cherchent un partenaire industriel pour prendre le relais des fonds d’investissement, constate le patron du groupe. C’est une opportunité pour nous de croître autrement que par des grandes acquisitions comme nous l’avions fait jusqu’ici. Nous pouvons ainsi compléter nos compétences dans le digital et nous développer à l‘international."
 
Depuis le début de l’année, Econocom a investi dans sept pépites représentant au total 370 personnes et 57 millions de chiffre d’affaires. La participation varie de 5 à 100 % du capital. Et le groupe prévoit de poursuivre ses investissements avec l’objectif d’atteindre à la fin de 2015 un total de 1400 personnes et un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros. 
 
Un budget de 150 à 200 millions d'euros pour la croissance externe
 
Mais pas question d’absorber ces sociétés. "Nous voulons garder ces pépites autonomes et les faire bénéficier des moyens du groupe pour les aider à crotre plus vite, explique Jean-Louis Bouchard. La transformation digitale est un tsunami qui nous oblige à être agile pour nous adapter rapidement aux changements du marché." Le groupe se présente comme une galaxie avec aujourd’hui une dizaine pépites gravitant autour d’Econocom.
 
Le plan stratégique Mutation prévoit de faire d’Econocom un groupe de 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017. Avec un budget de 150 à 200 millions prévu pour la croissance externe.
 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale