Edouard Philippe en Estonie : le pays le plus numérique d'Europe est-il un modèle pour la France ?

L’Estonie est probablement le pays le plus numérique d’Europe. E-citoyenneté, e-administration généralisée, open data, e-santé, formation au code dès l’école, formation des hauts fonctionnaires au design thinking... le pays qui a vu naître Skype semble avoir coché toutes les cases de la transformation numérique. Pour s'en inspirer, le Premier ministre s'y rend en voyage officiel ces 28 et 29 juin, alors que le pays va prendre la présidence du Conseil de  l'Union européenne. En 2015, le think tank Renaissance Numérique avait consacré un rapport à la transformation digitale du pays, L'Usine Digitale vous propose de le (re) découvrir.

Partager
Edouard Philippe en Estonie : le pays le plus numérique d'Europe est-il un modèle pour la France ?

Le think tank Renaissance numérique n’a pas choisi au hasard la date de publication de son premier cahier "digital exploration", consacré à l’Estonie. Ses 20 pages expliquent comment ce petit Etat de 1,325 million d’habitants, membre de l’Union européenne depuis 2004, s’est reconstruit grâce au numérique, après son indépendance du bloc soviétique en 1991.

Le document arrive à point nommé : le 5 février prochain, Anne Sulling, ministre du Commerce extérieur de l’Estonie, vient présenter au Medef le statut d'"e-résident", donnant l'e-citoyenneté à des non-résidents, notamment des investisseurs étrangers. Sans donner tous les droits (de vote notamment), l’e-citoyenneté permet d’ouvrir un compte en banque ou de créer une entreprise. La démarche, en ligne, ne prendrait que 18 minutes !

une identité numérique unique pour tous

Depuis quinze ans, sous l’impulsion notamment de Toomas Hendrik Ilves, actuel président de la République d'Estonie (élu en 2006), le pays s’est reconstruit autour du numérique. L’administration est entièrement numérisée, les citoyens ont une identité numérique unique pour toutes leurs démarches (sauf le mariage, le divorce et les demandes de prêt). Les données sont ouvertes et la protection des données personnelles numériques est inscrite dans la Constitution. Le code est enseigné à l’école et les hauts fonctionnaires sont formés au design thinking pour innover en matière de service public...

Presque rien ne manque à l’Estonie pour en faire un modèle... sauf peut-être son écosystème économique, qui voit ses start-up fuir au Royaume-Uni, avant de se faire racheter, à l’instar de la plus célèbre d’entre elles : Skype.

Se reconstruire n'est pas se transformer

Est-ce pour autant un modèle dont la France devrait s’inspirer ? Difficilement. "Il faut relativiser. L’Estonie était en mode reconstruction alors que la France doit opérer une transformation", observe Camille Vaziaga, déléguée générale de Renaissance Numérique. De plus, ce qui est possible dans un territoire grand comme la région Midi-Pyrénées, est impensable à l’échelle de la France.

En revanche l'Etat pourrait s’inspirer de la formation au design thinking des hauts focntionnaires estoniens pour rénover ses services publics, suggèrent les auteurs du rapport. À bon entendeur.

Rapport sur l'Estonie par Renaissance Numérique

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS