Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

EHang, spécialiste des taxis volants, cible 100 millions de dollars pour son entrée au Nasdaq

Vu ailleurs La start-up chinoise EHang souhaite rentrer au Nasqad. La jeune pousse souhaiterait en obtenir 100 millions de dollars. Cependant, si le secteur de la mobilité urbaine aérienne semble prometteur, le déploiement d'un service commercial de transport en milieu urbain n'est pas encore pour tout de suite. Et les finances d'EHang ne sont pas au beau fixe.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

EHang, spécialiste des taxis volants, cible 100 millions de dollars pour son entrée au Nasdaq
EHang, spécialiste des taxis volants, cible 100 millions de dollars pour son entrée au Nasdaq © EHang

EHang, une start-up chinoise qui développe des taxis volants, veut faire son entrée au Nasdaq, deuxième plus grand marché boursier des Etats-Unis. La jeune pousse souhaite lever 100 millions de dollars à cette occasion, détaille The Verge. EHang a déjà réalisé plus de 2000 vols d'essais à travers le monde pour s'assurer que sa technologie de véhicule autonome volant est sûre. En février 2018, le Chinois a dévoilé son nouveau véhicule EHang 216 : équipé de 16 rotors, ce taxi volant est doté de deux places et a déjà réalisé des démonstrations de vol.

 

EHang veut réaliser le premier déploiement commercial

La start-up, qui a été fondée en 2014, espère déployer le premier service commercial d'un réseau de transport aérien à basse altitude pour les personnes et les marchandises à Canton (ou Guangzhou) en Chine. EHang a reçu l'approbation des autorités réglementaires en août dernier et va aider les autorités locales à bâtir un centre de commande et contrôle pour assurer la sécurité et la sûreté des véhicules volants. Dans un premier temps, EHang va déployer un pilote afin de tester différentes routes ainsi que des "vertiports" desquels son aéronef peut décoller et atterrir. Au-delà des personnes, EHang souhaite transporter des biens tels que du sang ou des organes pour des urgences médicales.

 

EHang avait déjà levé 42 millions de dollars en série B en 2015. Cependant, même si elle commercialise des drones professionnels parallèlement au développement de son service de transport, elle n'est pas profitable. Elle a affiché des pertes nettes de 5,5 millions de dollars pour la première moitié de l'année 2019, précise The Verge. Surtout, EHang serait dépendant de seulement quelques clients, et tirerait 45% de ses revenus d'un seul client. En juin 2019, l'entreprise aurait reçu un acompte de deux clients pour 66% de sa balance totale, détaille The Verge. La société serait donc fortement impactée si ces clients annulaient les commandes ou arrêtaient d'acheter les produits de Ehang.

 

Une concurrence très forte

EHang précise dans son dossier d'introduction en Bourse avoir décidé de se retirer des marchés américain et allemand du drone en raison d'une "intense compétition". L'entreprise évoque aussi le conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis pour expliquer sa décision. Ses filiales dans ces deux pays ont été déclarées en faillite. Le secteur de la mobilité urbaine aérienne, quant à lui, est en effervescence depuis quelques années. De nombreuses start-up essayent de se lancer sur ce marché, qui est aussi convoité par des acteurs du VTC, de l'industrie automobile, de l'industrie aéronautique ou encore des sociétés de livraison.

 

Pourtant rien n'est encore fait. Ce secteur pourrait être fortement impacté en cas d'accident d'un taxi volant. Cela conduirait sûrement à un durcissement de la réglementation et un ralentissement de l'approbation de ces technologies par les populations. EHang en est conscient, et s'efforce tout comme les autres fabricants de tester ses technologies auprès d'un maximum de personnes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale