Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Eho.Link lève 2 millions d'euros pour renforcer la cybersécurité des TPE/PME

Levée de fonds Né en 2016 à Marseille, l’éditeur Eho.Link a développé une solution combinant une box et un service Saas pour faciliter le pilotage de la sécurité informatique et des usages internet en entreprise. Sa nouvelle levée de fonds doit lui permettre de déployer son réseau de partenaires IT en France et en Europe.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Eho.Link lève 2 millions d'euros pour renforcer la cybersécurité des TPE/PME
Eho.Link lève 2 millions d'euros pour renforcer la cybersécurité des TPE/PME © Eho.Link

En annonçant une levée de fonds supplémentaire de 2 millions d’euros, après deux précédents tours de table en 2019 et 2020 d’un montant global de 3 millions d’euros pour concevoir et finaliser sa technologie, Eho.link affiche son ambition : mettre en œuvre sa stratégie commerciale à travers un réseau de vente indirecte à l’échelle européenne afin d’accélérer la diffusion dans les TPE/PME de sa solution de cybersécurité.

La société a imaginé un dispositif "plug and play" entre l’accès internet opérateur et le réseau de l’entreprise reposant sur une box et un service SaaS ainsi qu’une application, Eho.Network, apte à analyser et traiter l’intégralité des flux entrants et sortants entre le réseau privé et Internet.

Les TPE/PME, des structures particulièrement vulnérables
La start-up veut permettre à ses utilisateurs d’une part d’administrer leur sécurité informatique simplement et en toute sécurité, d’autre part de respecter toutes les réglementations françaises et européennes relatives à la confidentialité des échanges et des données, tant côté employeurs que collaborateurs, sur tous les usages numériques au sein de l’entreprise.

"Nous ciblons les TPE/PME parce qu’elles sont mal équipées et ne mesurent pas précisément leurs besoins de protection et leurs obligations, alors qu’il est plus grave pour une société de 10 personnes de subir une attaque, de perdre l’accès à tout son système d’information, que pour un groupe de 2 000 personnes qui disposera des ressources internes pour s’en relever," explique Christophe Mansincal, président et cofondateur avec Sébastien Debosque, tous deux anciens de 9Cegetel.

"Nous avons conçu et affiné notre solution avec une trentaine de sociétés, avec la volonté d’être le plus compatible possible avec les firewall, antivirus, antispams… du marché, de pouvoir la déployer facilement sur le parc informatique et de proposer une grande lisibilité des fonctionnalités et données grâce à son interface graphique," poursuit-il.

Un cadre et des responsabilités bien définis
Comptant 18 collaborateurs, Eho.Link aide ainsi à définir, à partir de quelques questions au dirigeant, une charte informatique personnalisée et automatisée et de protection des données personnelles de l’entreprise, les temps d’accès de navigation privée autorisée des collaborateurs sur leurs heures de travail, les sites consultables et ceux à accès restreint, la politique des mots de passe, l’identification de tous les équipements connectés au web (PC, caméras…).

Des alertes automatiques sont générées en temps réel dès lors qu’un paramètre n’est pas respecté ou qu’un risque apparaît (piratage, téléchargement inopportun…). "Nous nous adressons à tous ceux qui ont un système informatique, quel que soit leur secteur d’activité, reprend Christophe Mansincal, en revendiquant une solution 100% élaborée en France par ses équipes. Nous sommes en cours de certification ANSSI. Le déploiement commercial commence, avec une offre à 10 euros par mois et par collaborateur, pour les trois modules de légalité, sécurité et performance."

L’entreprise veut s’appuyer sur des intégrateurs IT, revendeurs, bureauticiens, grossistes et opérateurs. Elle participera les 29 et 30 septembre à l’IT Partners à Disnelyland Paris pour la lancer officiellement, avec l’objectif de parvenir très vite à une couverture nationale.  Eho.Link a entamé des recrutements sur le plan commercial mais elle renforce également sa R&D afin d’intégrer à partir de 2022 de nouvelles fonctionnalités autour du nomadisme et du télétravail.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.