Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

EikoSim injecte une dose de réel dans la simulation

EikoSim développe une plateforme logicielle qui convertit des données issues de tests en données interprétables par un outil de simulation. L'objectif étant de prendre en compte les précieuses données issues des essais pour la conception des pièces.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

EikoSim injecte une dose de réel dans la simulation
EikoSim injecte une dose de réel dans la simulation

Faire converger le réel et le virtuel dans l’industrie. Tel est l’objectif – ambitieux – que se sont fixé Florent Mathieu et Renaud Gras, les fondateurs d’EikoSim.

Pour ces deux normaliens, tombés dans l’entrepreneuriat en 2016, tout est parti d’un constat : "Lorsque nous travaillions au laboratoire de mécanique et de technologie (LMT) de l’ENS Paris-Saclay, nous nous sommes rendu compte que les nombreuses données collectées pendant les essais mécaniques étaient en définitive peu utilisées lors de la conception, rappelle Florent Mathieu. Les choix sont souvent arrêtés lors de la phase de simulation, qui n’intègre pas ces données issues du terrain". Leur idée pour éviter cette perte d’information ? Une approche hybride de la conception afin de renforcer l’exactitude des modèles et de dépasser certaines limites inhérentes au tout-virtuel.

Rendre interprétable les données issues de tests
"La simulation intègre certaines marges de sécurité qu’une approche plus précise pourrait permettre de réduire", explique Florent Mathieu. La pièce peut ainsi être optimisée et gagner en légèreté. Baptisée EikoTwin, leur plateforme logicielle convertit des données issues des instruments de test en données interprétables par l’outil de simulation. Elle capte des données de mesure (imagerie classique ou infrarouge, ultrasons, capteurs de force...) et les applique à un maillage qui vient se superposer au modèle.

Pour développer sa solution, EikoSim a noué des partenariats avec des éditeurs comme Dassault Systèmes et Altair. Très implantée en France, la société parisienne commence à trouver ses marques à l’international : depuis 2020, un accord de distribution lui permet d’être présente en Chine et à Taïwan.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.