Elon Musk enfin propriétaire de Twitter, les dirigeants mis à la porte

Après plusieurs revirements et juste avant la date limite pour éviter le procès, Elon Musk signe le rachat de Twitter. Le nouveau patron s'est séparé de l'équipe dirigeante du réseau social dans la foulée, et va tenir des entretiens techniques avec les équipes pour en purger les éléments qui sous-performent.

Partager
Elon Musk enfin propriétaire de Twitter, les dirigeants mis à la porte

La saga du rachat de Twitter par Elon Musk se conclut enfin. Ou du moins, elle passe un cap majeur avec la signature effective de l'acquisition jeudi 27 octobre au soir et la prise de contrôle du milliardaire. Elle s'est faite selon les termes originaux de l'accord : 54,20 dollars par action pour un total d'environ 44 milliards de dollars.

Un nouveau chapitre débute désormais pour le réseau, et il risque d'être mouvementé. Elon Musk a commencé par mettre à la porte la plupart des dirigeants de l'entreprise, dont son CEO, Parag Agrawal, son CFO, Ned Segal, sa "chief legal officer", Vijaya Gadde, ainsi que Sean Edgett, responsable juridique.

Tous avaient fait l'objet de critiques virulentes de la part de Musk avant et pendant son offre de rachat. Vijaya Gadde étant notamment en charge des questions de modération, sujet sur lequel le nouveau patron s'est engagé publiquement à relaxer les règles, pour le plus grand plaisir de l'extrême droite américaine.

Des messages contradictoires

Pour autant, Elon Musk a tenu à rassurer par le biais d'un message adressé aux annonceurs publicitaires, qui génèrent la quasi-totalité des revenus de l'entreprise. Il y déclare que Twitter a un rôle important à jouer : celui d'un lieu de discussion "loin des dérives sensationnalistes des médias traditionnels", qu'il ne peut pas devenir "un site infernal sur lequel tout est permis", et qu'il respectera les lois des différentes nations dans lequel il opère, de même qu'il restera "un lieu accueillant et bienveillant pour tous".

On peut évidemment hausser un sourcil devant cette description du réseau social, Twitter étant l'antithèse d'une plateforme invitant des débats mesurés et nuancés. Les formats courts de ses messages et ses mécanismes de propagation de l'information favorisent au contraire les réactions à chaud et autres coups de sang, n'accordant que peu d'importance à la rectification des erreurs, à l'attribution des sources, ou même à la modération des contenus de manière générale. Les cas de harcèlement de masse y sont courants, et l'entreprise est connue pour son refus systématique de coopérer avec la justice, notamment en France.

Une profonde transformation à venir

L'avenir du réseau social n'est pour l'instant pas clair. Elon Musk compte y tenir un rôle de dirigeant, même s'il n'aura pas forcément le titre de "CEO". Il semble vouloir en élargir le modèle économique au-delà de la simple publicité, voire en faire une "super app" (intégrant de nombreuses fonctionnalités d'e-commerce, de paiement, de gestion d'identité, etc.) sur le modèle de WeChat. Pour l'instant aucun projet n'a été partagé officiellement.

D'après Bloomberg, Elon Musk ne compte pas licencier 75% des employés de Twitter, contrairement à ce qu'avait affirmé le Washington Post la semaine dernière. Mais des coupes dans la masse salariale (qui compte environ 7500 collaborateurs) auront bien lieu. Musk doit tenir des réunions ce vendredi 28 octobre avec différents responsables techniques, et la consigne auprès des ingénieurs est "d'amener du code". Le nouveau patron se serait fait accompagner de développeurs travaillant pour Tesla, une autre de ses entreprises, afin de juger de la compétences des employés de Twitter.

A noter que des licenciements étaient déjà prévus avant la prise de contrôle. Des documents internes consultés par le Washington Post faisaient état d'un projet de se séparer de 25% des employés, soit 1900 personnes. Il aurait été accompagné de la fermeture de certains data centers et d'autres coupes budgétaires.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS