Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Elon Musk rachète Twitter pour 44 milliards de dollars

Le milliardaire Elon Musk, CEO de Tesla et SpaceX, vient de faire l'acquisition de Twitter pour environ 44 milliards de dollars. Il a su convaincre le conseil d'administration, qui était réticent à la base. Il cite parmi les mesures qu'il souhaite mettre en place l'inclusion de nouvelles fonctionnalités, le passage des algorithmes en open source, une lutte accrue contre les spambots, et l'authentification de tous les utilisateurs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Elon Musk rachète Twitter pour 44 milliards de dollars
Elon Musk rachète Twitter pour 44 milliards de dollars © Unsplash

Il aura fallu moins d'un mois entre l'annonce publique de la prise de participation d'Elon Musk dans Twitter et son acquisition de l'entreprise. Les deux parties sont parvenus à un accord ce 25 avril 2022, le milliardaire rachetant l'ensemble des parts du réseau social pour 54,20 dollars par action, soit environ 44 milliards de dollars. C'était son offre initiale, et elle représente un gain de 38% par rapport au prix de l'action au 1er avril.

Le conseil d'administration y semblait plutôt hostile au départ, allant jusqu'à prendre des mesures spécifiques pour empêcher une prise de contrôle, mais un plan de financement élaboré avec l'aide de Morgan Stanley et le soutien de nombreux investisseurs de renom ont rassuré sur l'offre de Musk, accélérant les discussions jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé.


Promouvoir la liberté d'expression

Le CEO de SpaceX et Tesla est l'un des utilisateurs les plus actifs et les plus suivis de Twitter, et sa prise de contrôle n'est donc pas désintéressée. Il estime que le réseau social n'est pas géré correctement et s'est en particulier exprimé à plusieurs reprises sur l'importance de respecter "la liberté d'expression", concept fréquemment brandi de façon abusive contre des sociétés privées aux Etats-Unis alors que le fameux "premier amendement ne s'applique qu'au gouvernement.

A noter cependant que ce même crédo sert de bouclier aux réseaux sociaux eux-mêmes pour justifier leur inaction en matière de modération. Twitter est spécifiquement réputé pour son refus de coopérer avec la justice française et européenne, et est au cœur, comme Meta et YouTube, de tensions récurrentes avec l'Union européenne au sujet de la désinformation qui y est largement répandue. Twitter ne muselait donc pas vraiment ses utilisateurs jusqu'ici.

Dans le communiqué annonçant le rachat, Elon Musk déclare : "La liberté d'expression est le fondement d'une démocratie qui fonctionne, et Twitter est la place publique numérique où les choses vitales à l'avenir de l'humanité sont débattues. Je veux rendre Twitter meilleur qu'il ne l'a jamais été en améliorant le produit avec de nouvelles fonctionnalités, en rendant ses algorithmes open source pour renforcer la confiance, en vainquant les spambots, et en authentifiant tous les êtres humains. Twitter a un potentiel incroyable – j'ai hâte de travailler avec l'entreprise et avec la communauté pour le débloquer."

Un entrepreneur atypique

Une chose est sûre : cette prise de contrôle n'est pas anodine. Malgré son nombre d'utilisateurs relativement restreint (217 millions d'utilisateurs quotidiens) face à Snapchat (332 millions au premier trimestre 2022), sans parler de Facebook (près de 2 milliards), Twitter reste très prisé des journalistes, des scientifiques, des personnalités publiques et de l'écosystème tech de la Silicon Valley (aussi bien les ingénieurs, designers, entrepreneurs et investisseurs).

La décision d'Elon Musk de prendre les choses en main semble avoir fait suite au départ de Jack Dorsey, l'un des cofondateurs du réseau social et qui en fut le CEO pendant de nombreuses années. Il n'a pas caché depuis son désamour de Parag Agarwal, qui a pris la rélève de Dorsey après avoir servi plusieurs années comme CTO. Il n'est donc pas du tout garanti qu'il conserve son poste.

Elon Musk est un entrepreneur atypique, mais son succès est indéniable, avec près d'une demi-douzaine d'entreprises valorisées plus d'un milliard de dollars. En particulier, la valorisation en Bourse du constructeur automobile Tesla a explosé au cours des deux dernières années, faisant de lui l'homme le plus riche du monde. C'est grâce à elle qu'il a pu faire cette acquisition démesurée.

Des réformes pas si simples à mettre en œuvre

Pour autant, et malgré son utilisation intensive (et fréquemment loufoque, le prix par action du rachat contenant par exemple une référence potache au cannabis) de Twitter, il pourrait rencontrer des difficultés à façonner le réseau social comme il l'entend.

Notamment, la lutte contre le spam à grande échelle est un combat mené par toutes les grandes plateformes depuis des années, et avec un succès tout relatif. Par ailleurs, l'un des plus gros défis de tout réseau social, non cité par Musk, est la modération du harcèlement et des discours haineux. Enfin, l'authentification de tous les utilisateurs (par quel moyen ?) va à l'encontre de la précédente philosophie de Twitter sur le pseudonymat. Un changement de direction qui pourrait conduire à une série de départs au sein des équipes s'il est mal expliqué.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.