Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Emmanuel Macron précise son programme pour les travailleurs du numérique

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dans une longue interview à l'Obs, Emmanuel Macron détaille ce qui ressemble fort à un programme même s'il n'est toujours pas officiellement candidat à l'élection présidentielle.  Si l'entretien ne porte pas à proprement parler sur le numérique, l'ex ministre de l'Economie qui chuchotait à l'oreille des start-up y révèle notamment sa vision du social. Il évoque ainsi certaines des pistes qu'il compte mettre en oeuvre pour accompagner le développement du travail à l'ère numérique.  Il propose notamment d'ouvrir les droits au chômage à certains indépendants et aux auto-entrepreneurs.     

Emmanuel Macron précise son programme pour les travailleurs du numérique
Emmanuel Macron veut ouvrir les droits au chômage et réformer en profondeur le droit du travail. © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Le constat : Pour Emmanuel Macron, les régulations qui fondent l'actuel modèle social français ne sont plus adaptées à l'heure du travail collaboratif. Il estime qu'elles protègent les fameux insiders, tandis que les autres restent sur le bas-côté. "Prenez par exemple un employé en CDI dans un grand groupe public ou privé et une personne qui fait exactement le même travail, parfois à côté de lui, mais pour le compte d'un sous-traitant ou d'une agence d'intérim. Ils n'ont pas les mêmes droits ni les mêmes protections. C'est là une injustice profonde" explique Emmanuel Macron.

 

Résultat selon lui : "[les jeunes des quartiers difficiles]entrent aujourd'hui dnas la vie professionnelle à un salaire inférieur au smic horaire en devenant des auto-entrepreneurs qui travailleurs pour Uber ou les VTC. Sur le papier on a étendu les droits formels à tout le monde, mais dnas les faits, on n'a jamais étendu les droits réels de ces gens-là" regrette Emmanuel Macron. 

 

Pas de rustine, un changement global de système

La méthode : Pour Emmanuel Macron, c'est l'ensemble du modèle social qu'il faut revoir, pas opérer des changements ici ou là. Il conteste le droit du travail venu d'en haut identique pour tous les secteurs. C'est à un nouveau partage des rôles qu'appelle Emmanuel Macron. D'un côté, les grands principes du droit du travail doivent toujours être définis par la Loi, tandis que leur mise en application concrète devraient "être renvoyés à des accords majoritaires entre employeurs et salariés  au niveau de la branche, et pour certains au niveau de l'entreprise." 

 

MODULER LA DURÉE DU TRAVAIL SELON L'ÂGE

Les mesures proposées : Emmanuel Macron se prononce contre la fin de la dégressivité des allocations chômage proposée par la plupart des candidats LR (Les républicains) à la primaire. "La droite se trompe. son raisonnement implicite laisse entendre que les gens préfèrent être sans travail. Ce n'est pas vrai !" explique-t-il. 

 

Il estime aussi que le fonctionnement actuel de l'Unedic est profondément injuste car "il favorise ceux qui sont déjà le mieux protégés". Il propose de donner des droits nouveaux, notamment à des personnes qui ne sont pas actuellement couvertes, en particulier ceux qui "sont au régime de la microentreprise ou les indépendants." Il propose aussi d'ouvrir une possibilité d'indemnisation en cas de démission, notamment pour éviter les burn-out des salariés. Le but est "d'aboutir à un système d'accompagnement des transitions d'un travail à un autre quelle que soit votre situation". 

 

Sur la durée du travail, Emmanuel Macron pense qu'il faut maintenir une durée légale mais "laisser ensuite aux branches le soin de la moduler s'il y a des accords majoritaires." Ainsi, il imagine que certaines branches pourraient réduire la durée hebdomadaire de travail au-delà de 50 ou 55 ans. "En revanche quand on est jeune, 35 heures ce n'est pas long", considère-t-il, "il faut donc plus de souplesse, plus de flexibilité". 

 

L'interview aborde aussi longuement la question de l'école ou de l'identité française. A l'issue de sa lecture, il en ressort un programme qui relève de la flexisécurité, soit l'équilibre trouvé par les économies et les sociétés scandinaves qui ont conjugue une plus grande flexibilité au travail, en mettant en place des institutions garantissant la sécurité des travailleurs. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale