Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En 2013, la Nouvelle-Zélande a espionné ses concurrents à la présidence de l'OMC via le programme de la NSA

Nouvelle affaire d'espionnage… et toujours la NSA. La Nouvelle-Zélande aurait utilisé le système XKeyscore de la NSA pour espionner les candidats au poste de directeur général de l'OMC en mai 2013.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En 2013, la Nouvelle-Zélande a espionné ses concurrents à la présidence de l'OMC via le programme de la NSA
En 2013, la Nouvelle-Zélande a espionné ses concurrents à la présidence de l'OMC via le programme de la NSA © Henrico Prins - Flickr - CC

En mai 2013, la Nouvelle-Zélande aurait espionné les prétendants au poste de Directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pendant leur campagne, dont l'actuel président le Brésilien Roberto Azevêdo, rapporte The Intercept

Neuf candidats étaient en lice, huit d'entre eux ont été espionnés. Plus exactement ceux en provenance du Brésil, Costa Rica, Ghana, Indonésie, Jordanie, Kenya, Mexique et Corée du Sud. Le neuvième candidat au poste était Tim Groser, le ministre du commerce de la Nouvelle-Zélande.

Selon le site américain qui suit de près les affaires d'espionnage révélées par Edward Snowden depuis 2013, l'opération a été menée par le Bureau de la sécurité des communications du gouvernement (GCSB) néo-zélandais.

La Nouvelle-Zélande, autorisée à utiliser le programme de la NSA

Pour y parvenir, le GCSB a utilisé le système de surveillance XKeyscore de la NSA pour intercepter les emails des concurrents au candidat national. Deux recherches différentes ont été réalisées : la première concernant des emails faisant référence au ministre néo-zélandais Tim Groser, l'OMC et les noms des autres candidats, la seconde s’intéressait plus particulièrement à la candidate indonésienne Mari Elka Pangestu et ciblait non plus uniquement les emails mais toutes les communications internet.

La Nouvelle-Zélande pouvait utiliser le programme de la NSA puisque le pays fait partie du Five Eyes Surveillance, une alliance de renseignement incluant les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada et l'Australie.

Séverine Fontaine

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale