Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En 2017, Leboncoin se diversifie et recrute... encore !

Vous n'êtes jamais allé sur Leboncoin ? Cela devrait changer car l'entreprise veut que tous les Français s'y rendent au moins une fois par an en 2020.  Pour cela, elle multiplie les projets internes et étudie les éventuelles acquisitions qui pourraient se présenter.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En 2017, Leboncoin se diversifie et recrute... encore !
En 2017, Leboncoin se diversifie et recrute... encore ! © Capture écran

Soyez prévenu : ce n'est parce qu'il vient d'avoir 10 ans que Leboncoin modère ses ambitions. Au contraire, le site annonce vouloir que d'ici à 2020, tous les Français achètent au moins une fois par an sur son site, alors qu'aujourd'hui, "seulement" un Français sur deux le fait. Cela fait 26 millions de visiteurs uniques et classe Leboncoin au 4e rang des sites les plus visités de France, derrière Google Facebook et YouTube. Traduits en espèces sonnantes et trébuchantes, cela fait un chiffre d'affaires de 214 millions d'euros en 2016 avec un taux d'Ebitda de 60 % environ.

 

Faisant la revue de l'année 2016, le CEO de Leboncoin, Antoine Jouteau, se félicite du passage réussi du site vers l'univers mobile (smartphone et tablettes) avec vingt millions de téléchargements de l'application en 2016 en France. Les trois principales thématiques concernent aujourd'hui l'immobilier, l'automobile et l'emploi. Sur ce dernier segment, le dépôt d'une annonce, longtemps gratuit, est désormais payant depuis le deuxième semestre de 2016.

 

Développements de nouveaux produits

Pour se développer et accélérer, le groupe  a multiplié les structures, qui semblent autant de tests vers de nouveaux métiers ou de nouvelles fonctionnalités pour le site amiral. Ainsi, Leboncoin a développé le site leDénicheur, soit un comparateur de prix garantis 100% neutres, qui pourrait servir au site pour tester les transactions en ligne après les petites annonces. LeDénicheur a été développé en Suède et avait déjà décliné dans 7 pays avant que la France ne s'y mette à son tour. 

 

Autre exemple : le développement de l'appli Swipsi, destinée à la vente de vêtements plutôt de marque d'occasion. C'est l'occasion de tester un nouveau marché mais aussi de nouvelles fonctionnalités qui seront peut-être un jour mises en service sur Leboncoin. Actuellement, Swipsi développe une solution pour reconnaître la catégorie du produit en fonction de la photographie prise. Aujourd'hui, le vendeur doit préciser la catégorie retenue puis mettre des photos, avec le risque qu'il se trompe de catégories et vende moins bien ou moins vite, les deux cauchemars d'un site marchand. Antoine Jouteau l'assure : avec ce nouveau système "il sera possible de mettre en ligne une annonce en quinze secondes", la simplicité d'utilisation faisant partie des valeurs du site, qui doit pouvoir être utilisé par tout le monde. Si le test est concluant sur l'appli pour les jeunes femmes branchées par la mode, il pourrait être rapidement mis en service sur le site. 

 

Vers des acquisitions de nouvelles entreprises 

Leboncoin a aussi lancé un accélérateur pour accueillir des start-up dont l'objet présente des synergies avec les activités du site. La première jeune entreprise ainsi hébergée est Paycar, qui offre une solution de paiement sécurisé pour les achats de véhicules entre particuliers. "Actuellement, nous en cherchons d'autres", confie Antoine Jouteau. Avant d'ajouter : "Nous avons l'ambition de faire des acquisitions". Notamment dans le secteur immobilier ou de l'emploi ou Leboncoin pourrait de cette façon acquérir des sociétés existantes. 

 

Toujours pour augmenter son nombre d'utilisateurs, l'entreprise a procédé à des acquisitions, notamment avec la société MB diffusion l'an dernier, société spécialisée dans le matériel agricole et les travaux publics. De façon générale, les professionnels sont une des cibles de Leboncoin. Pour eux, un site spécial a été développé. Nommé Leboncoin.fr Pro, il regorge de conseils pour aider aussi bien les PME que les grands groupes à tirer le profit maximal.


Leboncoin est aussi devenu un média prisé des annonceurs et l'entreprise se présente comme "la quatrième régie publicitaire de France". Pour se renforcer sur ce métier, le groupe va renforcer l'offre dite Atelier business, qui offre aux PME voire aux TPE d'acheter des espaces publicitaires pour quelques euros en très peu de clics. 

 

Une entreprise qui s'affiche responsable

Le résultat de cette stratégie ? L'entreprise, qui compte aujourd'hui 500 salariés nouvellement installés sur les 5 500 mètres carrés des anciens locaux de l'agence de publicité BETC, prévoit de recruter 160 salariés en 2017

 

Et pour bien faire la différence avec ses concurrents du numérique, le CEO rappelle qu'il paie 77,7 millions d'euros de taxes et de charges en France. Alors que la guerre des talents fait rage dans le monde numérique, Leboncoin n'oublie pas de soigner son image d'entreprise citoyenne. D'ailleurs, pour débuter la conférence de presse consacrée aux résultats 2016, le PDG avait choisi de mettre en avant prioritairement les bienfaits écologiques de son entreprise. En choisissant l'économie du partage, de la seconde main, les consommateurs du site ont économisé 7,1 millions de tonnes de CO2, soit deux ans de circulation, transport en commun compris, parisienne. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media