Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En attendant le big data...

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En attendant le big data...
En attendant le big data... © Pascal Guittet

Hypermédiatisé, le big data est de toutes les conférences, de tous les programmes de recherche ou industriels. En France, c’est même la seule technologie qui fasse à la fois l’objet d’un des 34 plans de la Nouvelle France industrielle d’Arnaud Montebourg, et d’une des sept ambitions de la commission Innovation 2030 d’Anne Lauvergeon pour faire émerger des champions nationaux. Sûrement à raison. Selon les chercheurs du CNRS, le big data a bien des applications industrielles. Il passe par la définition de modèles prédictifs mathématiques issus de données réelles, plus fiables que la simulation. Plus fiables, vraiment ? À voir. Car pour l’instant, le big data est surtout utilisé par les spécialistes du marketing, qui cherchent à donner du sens à l’avalanche de données que l’on ne collectait pas auparavant. Des données numériques produites à profusion par les internautes et, demain, par des milliards d’objets connectés. D’où l’idée d’en prévoir le comportement. De la simulation donc ?

Pas tout à fait. Le big data ne tient pas compte de la physique, mais des données de capteurs, pour extraire des comportements. Ils remplacent des modèles préconçus par ce que l’on observe directement. "On réinvente la physique", s’enthousiasment les chercheurs. Enfin, presque. "Si le big data permet de prédire ce qui va se passer, il n’explique pas pourquoi", reconnaissent néanmoins les spécialistes. Plein de promesses pour identifier les conditions optimales de fonctionnement d’un système complexe (avion en vol, process industriels, circulation de véhicules…), le big data ne devrait donc pas remplacer la simulation. En tout cas, pas chez nos dix champions qui ont fait de cette technologie l’une des compétences clés de leur succès industriel. Ni dans les laboratoires de recherche les plus performants du monde qui s’attaquent à des programmes de recherche XXL toujours plus ambitieux et gourmands en ressources de calcul. Enfin, pas tout de suite...

Aurélie Barbaux

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale