Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En attendant "Mon espace santé", Exolis digitalise le parcours soin

La société Exolis propose un parcours patient connecté à destination des hôpitaux. Malgré la crainte des cyberattaques, la digitalisation des hôpitaux est en pleine croissance, boostée par la pandémie mondiale. Entretien avec Florent Massonneau, en charge de la protection des données pour Exolis.
mis à jour le 11 juin 2021 à 17H54
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En attendant Mon espace santé, Exolis digitalise le parcours soin
En attendant "Mon espace santé", Exolis digitalise le parcours soin © National Cancer Institute/ Unsplsh

La digitalisation des établissements de santé et des données des patients s'est imposée suite à la pandémie de Covid-19. Mais face à la hausse des cyberattaques, la protection des données de santé est un véritable défi. L'Usine Digitale a échangé avec Florent Massonneau, en charge de la protection des données pour Exolis, portail de soins numérique, à ce sujet.

Société marseillaise, Exolis propose un portail patient connecté qui permet aux établissements de santé, réseaux de soins et médecins de ville de conserver un lien avec leurs patients dans toutes les étapes de soins. La solution est proposée aux établissements, qui la mettent ensuite à disposition de leurs patients.

D'un côté, les soignants ont accès à des informations pour pouvoir établir des protocoles de soins, et de l'autre, les patients peuvent avoir "leur équipe de soin à portée de main et accroître leur expérience patient", détaille Florent Massonneau. Créée en 2015, Exolis propose actuellement sa solution à 150 structures, 500 soignants et 1,5 million de patients en France, en Suisse, en Belgique et au Luxembourg. Un intérêt pour la solution qui a été davantage marqué durant la pandémie de Covid-19.

Une digitalisation en croissance
"On a une solution qui permet aux soignants de suivre leurs patients à distance. Forcément, ça avait beaucoup de sens durant la crise sanitaire", explique Florent Massonneau. Pour désengorger les hôpitaux, protéger les patients à risque et soulager le personnel soignant, la start-up a annoncé la gratuité de son application de télésuivi durant toute la durée de la pandémie.

Une initiative qui a renforcé les liens entre la société et les agences régionales de santé (ARS). "On a été très sollicité par les ARS qui agissent en tant que coordinateurs. On a pu accompagner un grand nombre de patients", indique le responsable.

Avec des établissements déjà numérisés, la mise en place des outils Exolis s'est faite assez rapidement. De manière générale, "il y a moins besoin de convaincre aujourd'hui. La grande majorité des hôpitaux est d'ores et déjà digitalisée", souligne Florent Massonneau. "Les dossiers patients sont quasiment tous numériques", ajoute-t-il.

L'offre gouvernementale
L'intérêt pour la digitalisation des informations de santé est telle que le gouvernement bûche sa propre solution. Ce dernier a récemment présenté "Mon espace santé", un outil qui ambitionne de faciliter la gestion des données médicales des Français.

Prévu en janvier 2022 après une phase-test, il intégrera l'actuel "dossier médical partagé", un agenda de santé, une messagerie sécurisée et un catalogue d'applications. Exolis espère bien figurer dans ce dernier. "Nous sommes encore à un stade trop peu avancé, mais Exolis est en train de tout mettre en œuvre pour faire partie de ce catalogue", confie Florent Massonneau.

Protection des données de santé
Evidemment, la question de la sécurité numérique reste primordiale. L'Anssi a présenté ce jeudi 10 juin son rapport d'activité pour l'année 2020. Elle conclut sur une explosion des cyberattaques, en particulier des ransomwares dont les signalements ont été multipliés par quatre en un an seulement. Les données de santé semblent au cœur des convoitises. Récemment, les données de santé des patients irlandais et indonésiens ont été dérobées et mises en péril à la suite de cyberattaques.

Pour sa solution, Exolis qui n'agit qu'en qualité de sous-traitant, laisse la responsabilité du stockage des données de santé aux hôpitaux. Si ces derniers ne disposent pas du label hébergeur de données de santé, "Exolis propose un hébergement agréé auprès de son partenaire Coreye, hébergeur français", explique la société.

"On utilise relativement peu les données personnelles. Les données appartiennent aux établissements de santé qui en sont responsables", détaille Florent Massonneau. Cependant, la société peut parfois avoir accès à ces données de "manière anonyme pour des indicateurs sur le nombre de patients qui utilise notre outil", indique le responsable. "C'est également possible si nous devons intervenir à la demande express des établissements de santé pour des questions de supports."

En attendant de savoir si elle figurera dans l'espace santé du gouvernement, Exolis souhaite déployer sa solution à d'autres marchés européens et internationaux. La société peaufine également un nouveau service pour permettre de faire le lien entre les cabinets médicaux et les centres de soins et autres hôpitaux. "La Covid-19 a mis en lumière la nécessité d'une coordination entre la médecine de ville et les hôpitaux", conclut Florent Massonneau.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.