Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En difficultés financières, la start-up Blade (Shadow) pourrait être reprise par Octave Klaba

Vu ailleurs Blade, la start-up française spécialisée dans le cloud gaming qui a lancé une offre baptisée Shadow, est en redressement judiciaire. La société, qui est en difficultés financières, pourrait être reprise par le fondateur d'OVH Octave Klaba via son fonds Jezby Ventures. Ce dernier cherche à fédérer une offre européenne pour concurrencer les services Office365 de Microsoft ou G-Suite de Google.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En difficultés financières, la start-up Blade (Shadow) pourrait être reprise par Octave Klaba
En difficultés financières, la start-up Blade (Shadow) pourrait être reprise par Octave Klaba © Shadow

Blade, la start-up française à l'origine de l'offre de cloud gaming Shadow, est en difficultés financières. L'annonce, faite dans un premier temps par le site NextInpact, a ensuite été confirmée par Blade. La start-up explique dans un communiqué avoir besoin que "la dette nécessaire à l’émergence de [sa] technologie ne soit plus un frein à [son] développement". Une opération "d'adossement à un nouvel investisseur passe par l'étape inévitable d'une procédure collective en France et aux Etats-Unis", ajoute-t-elle.

Des couacs et un manque de liquidité
La pépite française a voulu surfer sur le développement du cloud et rendre le gaming accessible au plus grand nombre. Elle n'est pas seule. Google (Stadia), Amazon (Luna), Facebook ou encore Nvidia (GeForce Now) se sont aussi lancées dans le cloud gaming.

Fin 2019, Blade a lancé en grande pompe différentes offres en précommandes pour son service Shadow. Toutefois, le lancement a dû être décalé. Officiellement en raison de soucis matériel. Mais la réalité semble être légèrement différente. Comme le rappelle NextInpact, Blade a décidé de ne plus se reposer sur OVHcloud mais de se tourner vers 2CRSi, l'un de ses actionnaires, pour déployer son offre. La crise s'est aggravée en interne. Le cofondateur Emmanuel Freund a quitté la direction en avril dernier en raison de désaccords sur la stratégie à suivre. Finalement, Mike Fisher a pris la direction de Blade en septembre et Jean-Baptiste Kempf a été nommé CTO.

En parallèle, le nombre d'abonnés continue de grimper sans que la start-up ne puisse répondre à la demande un raison d'un manque de cash. "Depuis cinq ans, des milliers d’utilisateurs, dont deux tiers à l’international, ont été séduits et se sont abonnés à notre service, confirme Blade dans un communiqué. Des milliers d’autres attendent leur tour, alors que la demande continue d’augmenter malgré les délais qui s’allongent".

Octave Klaba pour la reprise ?
La pépite, qui dépense tout son argent, espérait lever des fonds fin 2020. Mais cela ne s'est pas fait, rapporte NextInpact. La situation financière s'est dégradée au point que la société fasse désormais l'objet d'une procédure de redressement judiciaire.

Une situation confirmée par la jeune pousse qui évoque "un tournant stratégique d'envergure pour l'entreprise, son équipe et le développement de son activité". La start-up assure vouloir poursuivre le développement de sa technologie durant cette période et précise que le service reste accessible pour les membres.

Un repreneur, Octave Klaba, se serait déjà fait connaître, selon les informations de NextInpact. Le fondateur d'OVH passerait par son fonds Jezby Ventures pour réaliser cette opération. L'objectif de Jezby Ventures est d'agréger différentes entreprises technologiques européennes proposant des offres concurrentes d'Office365 de Microsoft ou G-Suite de Google. L'acquisition de Blade fait sens et viendrait compléter son offre. A charge au tribunal de commerce de trancher sur cette offre de reprise.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.