Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En France, la santé reste le moteur des demandes de brevets européens

Dans le secteur de la fabrication additive, la France est en troisième position dans le nombre de demandes de brevets déposés devant l'OEB. Le secteur de la santé est majoritairement présent avec l'entreprise Essilor, spécialisée dans les verres optiques, et qui se hisse à la cinquième place au classement mondial.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En France, la santé reste le moteur des demandes de brevets européens
En France, la santé reste le moteur des demandes de brevets européens © Amin Hasani-Unsplash

L'Office européen des brevets publie le 13 juillet un rapport sur la fabrication additive, comme chaque année. En préambule, l'organisation note que l'impression connaît un véritable essor. Elle est "l'une des technologies actuelles les plus dynamiques", indique l'OEB.

L'impression 3D, une secteur en forte croissance
Les demandes de brevets ont augmenté en moyenne de 36% chaque année entre 2015 et 2018, soit une augmentation de plus de 10 fois supérieure à la croissance annuelle moyenne des demandes de brevets de l'OEB tous secteurs confondus. Ce sont les Etats-Unis qui restent au sommet rassemblant près de 35% des demandes de l'organisation européenne.

L'Europe a quand même une belle place dans le classement : les pays européens sont à l'origine de 47% (7 863) de toutes les inventions dans ce domaine depuis 2010. Et la France tire largement son épingle du jeu en se plaçant troisième juste derrière le Royaume-Uni et l'Allemagne. L'Hexagone est à l'origine de 4,8% des demandes de brevets dans la fabrication additive. "La France est l’un des acteurs-clés de l’innovation en Europe en matière d’impression 3D, avec des entreprises et des inventeurs à la pointe de la technologie", souligne António Campinos, président de l’OEB.

 

L'entreprise Essilor en pole position
Dans le détail, la France comporte trois départements dans le top 20 des régions européennes les plus innovantes du secteur : l'Isère (11ème place), Val-de-Marne (15) et la Seine-et-Marne (20). Concernant les secteurs, c'est la santé qui depuis 2010 est le domaine le plus dynamique avec 4018 demandes de brevets, devant l'énergie (2001) et les transports (961).

Et c'est l'entreprise Essilor, spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de verres correcteurs et d'équipements d'optique ophtalmique, qui booste le pays. Elle est la cinquième entreprise au monde déposant le plus de brevets en impression 3D. Seule entreprise européenne dans le top 5, le géant mondial de l’optique – désormais franco-italien (EssilorLuxottica) – est précédé des américains Johnson & Johnson, 3 M, Zimmer Biomet et Procter & Gamble. A la 42ème place, Essilor se fait également une place dans le top 50 des entreprises les plus actives. Mais encore une fois, les entreprises américaines restent en tête avec General Electric, premier du classement, et United Technologies.
 


La France se démarque également avec la présence de ses organismes de recherche publique dans le classement. Ils sont à l'origine de 20% des demandes de brevets. Une part nettement supérieure à la moyenne européenne (11 %). Cette particularité est incarnée par le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media