Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En lançant la néobanque BtoB Prismea, Crédit du Nord veut reconquérir les PME

Le groupe Crédit du Nord a annoncé ce mercredi 11 décembre le lancement de sa filiale Prismea. Basée à Lyon, cette banque 100% digitale et accessible en début d’année prochaine vise à devenir un acteur majeur auprès des professionnels… sur un marché déjà bien occupé par les fintech.    
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En lançant la néobanque BtoB Prismea, Crédit du Nord veut reconquérir les PME
En lançant la néobanque BtoB Prismea, Crédit du Nord veut reconquérir les PME © Crédit du nord

Les grandes banques n’en finissent plus de créer leurs propres néobanques. Après Hello bank! (BNP Paribas), Eko (Crédit Agricole) et plus récemment Ma French Bank (La Banque Postale), voici Prismea, dont le lancement a été annoncé par Crédit du Nord ce mercredi 11 décembre. Particularité de cette nouvelle filiale, détenue à 100% par la maison-mère : elle s’adresse uniquement aux professionnels, des autoentrepreneurs aux artisans en passant par les TPE/PME, freelance et professions libérales. Selon Crédit du Nord, cela représente "un marché de 3,8 millions de professionnels et de petites entreprises".

 

Treezor et Société Générale comme partenaire

La néobanque propose une batterie de services en ligne classiques : un compte professionnel "avec une ouverture simplifiée en moins de 10 minutes", une agrégation des comptes bancaires pour les clients multi-bancarisés, un outil de prévision de trésorerie, un tableau de bord de gestion financière… Trois forfaits, de 9 euros par mois à 75 euros par mois, seront proposés.

 

Prismea affirme s’appuyer sur des technologies l’intelligence artificielle afin de fournir des conseils personnalisés à ses clients. "Un algorithme de catégorisation des entrées et sorties permet de donner une vision analytique des activités en temps réel et de construire des prévisionnels de trésorerie sur le long terme", explique-t-elle. Pour cela, la néobanque a noué des partenariats technologiques : Treezor pour l’infrastructure et Société Générale pour sa plate-forme de services bancaires et de paiements.

 

Le groupe dirigé par Frédéric Oudéa n’est d'ailleurs pas étranger à la création de Prismea, puisque les initiateurs du projet, Stéphanie Biron Mathieu et Dorian Cauvas, ont sélectionné en février 2018 dans le cadre de l’Internal Startup Call, le programme d’intrapreneuriat du groupe Société Générale. 

 

Profiter du réseau physique de la maison -mère

L’offre de Prismea devrait être enrichie fin 2020 d’une possibilité de financement à court terme sous forme de crédit instantané en ligne. Il se fera "sur la base d’un scoring propre à Prismea", explique la société, qui promet une réponse apportée en 10 minutes et des fonds décaissés sous 48 heures.

 

Si la banque revendique son côté full digital, elle n’oublie pas néanmoins les avantages du réseau physique du groupe Crédit du Nord et ses huit banques régionales, qui permettra par exemple de "répondre à des besoins plus complexes nécessitant l'intervention d'experts, comme le montage d’une SCI ou l’achat de parts d’entreprise". Le réseau physique pourra de son côté commercialiser, outre des crédits instantanés, certains produits de la gamme Prismea tels que l’assurance et l’accès à ses partenaires. L'application Prismea sera disponible en version bêta sur appareils iOS en fin d’année, le lancement général de l’application étant prévu pour début 2020.

 

Le marché des petites et moyennes entreprises est dynamique, avec près de 700 000 entreprises créées en 2018, soit une augmentation de 17% selon l'Insee. Un segment à fort potentiel, mais sur lequel nombre de fintech se sont déjà positionnées, comme Revolut et son offre Business, mais aussi Qonto et Shine. Prismea devra donc rapidement faire ses preuves face à une concurrence farouche. Margo Bank, le projet porté notamment par Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon, devrait également voir le jour en 2020.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media