En pleine pandémie de Covid-19, les Hôpitaux de Paris victimes d'une cyberattaque

L'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a été victime d'une attaque par déni de service le 22 mars en fin de matinée. L'accès externe aux emails et aux outils de télétravail a dû être coupé momentanément. Mais les conséquences auraient pu être dramatiques, car l'AP-HP regroupe 39 hôpitaux d'Ile-de-France, région française la plus touchée par la pandémie de Covid-19.

Partager
En pleine pandémie de Covid-19, les Hôpitaux de Paris victimes d'une cyberattaque

L'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a été la cible d'une cyberattaque le dimanche 22 mars 2020 en fin de matinée, révèle L'Express. Un acte malveillant qui survient au pire moment, alors que le système de santé francilien est mis à mal par la pandémie de Covid-19. Il s'agit d'une attaque par déni de service (DoS) dont le but est de rendre inaccessible un serveur par l'envoi de nombreuses requêtes jusqu'à le saturer, provoquant une panne ou un fonctionnement fortement dégradé.

Plus de peur que de mal
A noter que l'AP-HP regroupe 39 hôpitaux d'Ile-de-France, la région la plus touchée par la pandémie avec 4695 cas à date. Les conséquences d'un tel incident auraient donc pu être dramatiques. Interrogé sur LCI, un porte-parole du groupement précise cependant que "l’attaque qui a duré une heure a été gérée par le prestataire de l’AP-HP et n’a jamais atteint ses infrastructures. Le prestataire, pour gérer au mieux la situation, a diminué les accès internet, ce qui a eu pour conséquence de bloquer l’accès externe à la messagerie, à Skype et aux applications de l’AP-HP".

L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) et le ministère de la Santé et des Solidarités ont été immédiatement prévenus pour aider à gérer l'attaque et en tirer les conclusions.

Multiplication des cyberattaques

D'après des experts en cybersécurité, le Covid-19 servirait d'appât aux les pirates informatiques pour attaquer des individus, des entreprises et des organisations internationales. "Exploitant la mobilisation internationale contre le coronavirus, un grand nombre de malfaiteurs ont récemment diffusé dans diverses régions du monde des documents malveillants, à des fins criminelles ou d’espionnage, autour de la pandémie", résumait la société américaine FireEye, spécialiste de la cybersécurité.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS