Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En se rapprochant de Cornershop, Uber pivote encore un peu plus vers la livraison de courses

Quelques heures après avoir confirmé le rachat de Postmates pour 2,65 milliards de dollars, Uber annonce un partenariat avec la plateforme sud-américaine Cornershop, spécialisée dans la livraison de courses à domicile. Le géant du VTC, qui a des vues sur la start-up chilienne depuis plus d'un an, semble désormais se concentrer sur les services de livraison.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En se rapprochant de Cornershop, Uber pivote encore un peu plus vers la livraison de courses
En se rapprochant de Cornershop, Uber pivote encore un peu plus vers la livraison de courses © Cornershop

Uber a annoncé ce mardi 7 juillet l’intégration technique de la plateforme chilienne Cornershop. Le géant du VTC va proposer le service de livraison de courses sur ses applications Uber et Uber Eats en Amérique latine (Brésil, Chili, Pérou et Colombie) et au Canada dans un premier temps, puis aux États-Unis. Cette annonce survient au lendemain d’une acquisition d’envergure : celle d’un acteur américain majeur de la livraison de repas à la demande, Postmates, pour 2,65 milliards de dollars.

Les deux partenaires se connaissent bien : Uber avait annoncé dès en octobre 2019 son intention de prendre une participation majoritaire dans Cornershop. L'opération, qui devait être finalisée en début d’année 2020, n'a pas été conclue mais Uber n’a visiblement pas perdu de vue la jeune société, et la possibilité de toucher à travers ce rapprochement encore davantage le continent sud-américain.

Une pépite convoitée par les Américains
Fondée en 2015 à Santiago du Chili, Cornershop est une plateforme de livraison à la demande. Elle emploie, à l’instar d’Instacart et de Postmates, une communauté de particuliers qui livrent en moins de 90 minutes les références vendues chez Costco, Petco, Walmart, ainsi que des boulangeries et pharmacies.

La plateforme sud-américaine fait ses premiers pas aux Etats-Unis. Elle est testée depuis mai à Miami et Dallas mais elle a annoncé un lancement bien plus large dans les semaines à venir. A noter que la pépite chilienne a failli être rachetée par l’Américain Walmart pour 225 millions de dollars avant que l’autorité de la concurrence mexicaine – le Mexique abritant son siège social – ne bloque cet accord.

9 500 commerçants dans 30 pays partenaires d'Uber
Frappé de plein fouet par la crise du Covid-19 et les mesures de confinement qui ont quasiment mis le transport de personnes à l’arrêt, Uber poursuit sa stratégie de diversification. La livraison de denrées alimentaires aux particuliers est l’une des pistes les plus sérieuses, y compris en France, où des partenariats ont été noués avec les géants de la distribution Carrefour et Casino... qui lui-même s'est aussi allié à Deliveroo.

En tout, Uber précise travailler avec plus de 9 500 commerçants dans 30 pays via Uber Eats, et précise avoir enregistré une augmentation de 176 % des commandes de produits d’épicerie depuis février. La société a également lancé Uber Direct, qui permet aux commerçants de proposer un service de livraison via Uber. Le point de vente garde la main sur le moyen de transport attribué à une commande et la propose ou non sur les applications Uber ou Uber Eats.

Outre la diversification de ses activités, Uber veut également peser face à Just Eat Takeaway, qui lui a grillé la politesse en rachetant l'application de repas à domicile Grubhub pour 7,3 milliards de dollars. La livraison des repas est l'un des autres gros enjeux liés à la pandémie de Covid-19, bon nombre de restaurants devant garder porte close et devant se mettre, du jour au lendemain, à livrer leurs produits au domicile des populations confinées.

La situation n'est pas facile pour les acteurs de la mobilité. Uber a pour le moment licencié le quart de ses effectifs et réévalué certaines de ses activités, non principales et expérimentales, dans des domaines allant du fret au véhicule autonome.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media