Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En un an, les attaques cyber ont été multipliées par quatre, d'après Florence Parly

Le ministère des Armées a signé un partenariat avec le GIP Acyma, une structure public-privé à l'origine de la plateforme Cybermalveillance, pour lutter contre les cyberattaques qui explosent depuis quelques mois. En l'espace d'un an, elles ont été multipliées par quatre. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En un an, les attaques cyber ont été multipliées par quatre, d'après Florence Parly
En un an, les attaques cyber ont été multipliées par quatre, d'après Florence Parly © Dahmane pour L'Usine Nouvelle

La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé qu'en "seulement un an, les attaques cyber ont été multipliées par quatre", lors d'un discours tenu le jeudi 4 mars. Ces incidents ne touchent plus que "les grandes entreprises ou les géants de la Tech" mais également "les hôpitaux, des particuliers et des collectivités locales", a-t-elle ajouté citant l'exemple de l'hôpital de Dax

Signature d'une convention
Il faut donc renforcer les capacités cyber de la France, alerte la ministre. "C'est pourquoi le ministre des Armées porte l'ambition de renforcer sa chaine de cyberdéfense de bout en bout". A ce titre, elle annonce la signature d'une convention avec le Groupement d'intérêt public "Action contre la Cybermalveillance" (GIP Acyma). 

C'est cette structure, portée par un partenariat public privé, est à l'origine de la plateforme de signalement et d'aide aux victimes Cybermalveillance.gouv.fr. Elle regroupe l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), le ministère de l'Intérieur, de la Justice... des acteurs de la société civile, des opérateurs ainsi que des éditeurs.

Renforcer les liens avec les acteurs cyber
Ce partenariat s'inscrit "pleinement dans le deuxième axe de la stratégie présentée par le Président de la République qui consiste à renforcer les liens et les synergies entre les acteurs de la filière pour fédérer l'écosystème de la cybersécurité", a expliqué Florence Parly. En pratique, le ministère des Armées mettra à la disposition du GIP un officier de la direction du renseignement et de la sécurité de défense (DRSD) à temps plein. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.