Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Engie récompense ses projets internes innovants… même ceux qui ont échoué

Cas d'école Engie organise sa semaine annuelle de l'innovation. L'un des temps forts est la remise de trophées récompensant les meilleurs projets d'innovation de toute nature menés par ses salariés, au sein de ses filiales. Pas uniquement des success stories, car on apprend aussi dans l'adversité.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Engie récompense ses projets internes innovants… même ceux qui ont échoué
Engie récompense ses projets internes innovants… même ceux qui ont échoué © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

Pour propager les bonnes ondes de l'innovation, Engie s'est offert une partie de la Maison de la radio, à Paris, le 7 juin. Le groupe français y a exposé 50 projets issus de son écosystème d'innovation, développés en interne ou avec des start-up. Ce n'est que l'un des événements organisés dans le cadre de son "Innovation week" annuelle.

 

Contrairement au CES de Las Vegas, auquel il participait en janvier, l'accent était plutôt mis cette fois-ci sur les énergies internes plutôt que sur la collaboration avec des talents extérieurs. Le groupe a voulu ainsi démontrer que dans chacune de ses filiales émergent des concepts novateurs, de bonnes pratiques en matière de technologies, de management, d'expérience clients…

 

2500 collaborateurs se prêtent au jeu

50 initiatives étaient présentées toute la journée dans la maison ronde, puis 15 ont été récompensées lors d'une cérémonie. Ces trophées existent depuis 30 ans dans l'entreprise mais étaient remis à l'abri des regards extérieurs jusqu'en 2015. "Désormais, c'est ouvert car nous n'avons pas de secret. Cela dénote un changement d'état d'esprit", juge Stéphane Quéré, directeur innovation du groupe.

 

Cette transparence pousse d'ailleurs davantage de salariés à tenter leur chance, bien qu'il n'y ait pas de récompense sonnante et trébuchante à la clé. Pour cette édition 2016, 580 dossiers portés par 2 500 salariés ont été déposés depuis 62 pays. Parmi les 15 primés, on trouve évidemment beaucoup de success stories, comme Nialm, une techno innovante au service de la performance énergétique des bâtiments, "Do innovation yourself", pour propager la culture digitale dans l'entreprise, ou Hydrogène solutions, un projet asiatique visant à remplacer des centrales diesel (de 5 à 20 MW) installées dans des régions reculées par des solutions reposant sur le photovoltaïque et le stockage d’hydrogène, 100% renouvelable.

 

une catégorie "best failed project"

Engie décerne aussi, de façon plus étonnante, un prix spécial pour la "Best failed idea", la meilleure idée ayant échoué ou n'ayant pas trouvé son marché – une façon d'encourager l'audace et de dédramatiser l'échec. Un concept qu'avait lancé l'indien Tata dès 2011. Le jury des Trophées Engie a choisi de décerner ce prix au projet "Silver serenity", une ampoule connectée imaginée par une équipe française afin de permettre le maintien à domicile de personnes âgées.


Ce Trophée, comme les 14 autres, est un encouragement à persévérer, un outil d'émulation collective, plaide Stéphane Quéré. "Cela permet aux bonnes pratiques de se répandre entre filiales. Il y a un effet boomerang", estime-t-il. Engie va d'ailleurs promouvoir certaines de ces innovations dans les événements extérieurs auxquels il participe.

 

D'anciens projets internes récompensés sont devenus de véritable business et même des start-up. Comme Lilibox, issu d'un projet de recherche sur le biogaz, et désormais incubé par Engie, ou LNGeneration, offre de gaz naturel liquéfié porté, devenu filiale d'Engie. Peut être deviendront-ils jurés ou mentors des futures jeunes pousses enfantées ou repérées par Engie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media