Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Engie se positionne en éditeur logiciel avec pour vocation d'aider à la transition zéro carbone

Engie se positionne en éditeur logiciel pour aider à la transition zéro carbone. L'énergéticien français a annoncé le 14 octobre avoir décroché un contrat pour optimiser l'ensemble de la production et de la distribution d'énergie de l'Université d'Etat de l'Ohio (Etats-Unis). L'occasion pour Engie de parler de ses solutions logicielles et de plusieurs cas d'usage les concernant.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Engie se positionne en éditeur logiciel avec pour vocation d'aider à la transition zéro carbone
Engie se positionne en éditeur logiciel avec pour vocation d'aider à la transition zéro carbone © Wikimedia - LCV COMMUNICATION - c.c

Engie a présenté lundi 14 octobre 2019 un ensemble de logiciels dont l'objectif est d'améliorer la gestion de l'énergie. De sa plate-forme Darwin qui recense toutes ses énergies renouvelables à l'implantation de sa solution "Smart Institutions" à l'université d'Etat de l'Ohio, petit tour d'horizon (loin d'être exhaustif) des solutions au travers de cas concrets exposés par Engie dans sa "maison digitale" située à Paris.

 

Nemo, pour modéliser les réseaux de chaud et de froid

Engie s'est engagé auprès de la ville d'Ottawa (Canada) à réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre de la ville d'ici 2030. Le réseau de cette ville est assez complexe puisqu'il est composé de quatre réseaux de distribution différents et non connectés et de cinq sites de production répartis sur deux états (Ontario et Québec). Engie a utilisé Nemo, "une solution applicative qui utilise des algorithmes d'optimisation et d'intelligence artificielle afin de modéliser, concevoir et optimiser les réseaux de chaud et de froid d'une ville", explique à L'Usine Digitale Igor Rocca.

 

Sur cette carte du réseau, il est possible de voir la contrainte hydraulique et les contraintes en termes de production, c'est-à-dire le coût de production et les mixes énergétiques utilisés. L'outil permet d'optimiser le dispatch et garantir à chacun la demande en matière de chauffage et de climatisation en minimisant les coûts et en prenant en compte les contraintes de mixe énergétique, de consommation d'eau ou d'émission de gaz à effet de serre. Cela permet aussi de visualiser rapidement les endroits où les installations sont endommagées.

 

L'ensemble du réseau est modélisé, ainsi que la pression hydraulique.

 

Il est aussi possible de modéliser des modifications du réseau : ajouter des boucles ou une centrale qui n'existent pas, en supprimer une autre… Le niveau d'investissement est défini en fonction des résultats obtenus afin de garantir un équilibre entre l'efficacité énergétique et le coût des infrastructures. Engie a donc décidé "d'interconnecter l'ensemble des réseaux, de rénover deux des quatre centrales et d'en abandonner une", liste Olivier Racle, deputy director chez Engie.

 

Smart Institutions, pour suivre la consommation en temps réel

Engie a remporté une concession de 50 ans pour exploiter et optimiser l'ensemble des infrastructures de production et distribution d'énergie de l'Université d'Etat de l'Ohio aux Etats-Unis. L'énergéticien s'est engagé à atteindre "un gain d'énergie de 25% sur les 10 prochaines années", annonce Pierre-Henri Pelletreau, manager chez Engie. Un objectif d'autant plus ambitieux que l'Université de l'Ohio c'est 500 bâtiments et 100 000 personnes y transitant tous les jours (dont 60 000 étudiants). Mais aussi trois stades sportifs organisant des événements réguliers, un hôpital universitaire, 14 000 lits en résidences étudiantes…

 

Engie a donc déployé son logiciel Smart Institutions qui lui permet de suivre et optimiser la consommation en temps réel de chaque bâtiment notamment grâce aux 12 000 capteurs implantés dans cette ville miniature. Ces données sont accessibles par tous, puisque Engie s'est engagé à les rendre publiques. A partir de celles-ci, l'entreprise s'est aussi lancé dans des campagnes de sensibilisation en mettant par exemple en place un concours de réduction de la consommation énergétique entre les résidences universitaires qui a abouti à la réduction de 10% de la consommation énergétique sur une semaine. Et aujourd'hui l'énergéticien réfléchit au lancement d'une application pour multiplier ces challenges et informer les résidents.

 

 

Les bâtiments changent de couleur en fonction de leur consommation énergétique.

 

Darwin, la plate-forme dédiée aux actifs renouvelables d'Engie

Darwin est la plate-forme d'Engie dédiée à la performance de ses actifs renouvelables. Darwin connecte plus de 15 GW d'actifs renouvelables dans 21 pays. Actifs qui proviennent de centrales hydrauliques, d'éoliennes, de panneaux photovoltaïques et d'une centrale biogaz. Engie est en capacité d'anticiper la production et de gérer son intermittence, notamment en couplant ses données avec les informations météorologiques. "Darwin reçoit 200 000 données toutes les secondes", assure Damien Terrié, responsable du projet Darwin. Grâce à cette plate-forme, l'énergéticien est aussi en capacité d'anticiper les problèmes de maintenances ou définir les meilleurs fournisseurs pour de potentiels clients.

 

Sur sa plate-forme Darwin, Engie peut visualiser tous ses actifs renouvelables et anticiper leur production.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale