Ennoia accompagne le développement de la 3D médicale

Depuis Besançon (Doubs), Ennoia veut rendre l’impression et l'imagerie 3D accessibles aux hôpitaux. Prestataire de service, l’entreprise choisit les technologies les plus adaptées et entend, à terme, développer ses propres dispositifs médicaux.

Partager
Ennoia accompagne le développement de la 3D médicale

Ingénieur biomédical formé à l’université de Besançon, Benjamin Billotet a passé 15 ans dans l’univers de l’innovation et de l’impression 3D médicale. En 2018, il fonde Ennoia avec l’idée d’accompagner le développement de l’imagerie médicale 3D au sein des établissements de santé pour préparer les interventions chirurgicales. En orthopédie, la technologie permet de simuler le repositionnement des os sur logiciel puis d’imprimer l’objet réparé afin que le chirurgien visualise le travail à accomplir mais puisse aussi échanger avec ses confrères et le patient.

"En chirurgie vasculaire, l’imagerie 3D contribue au choix du matériel, une fois les anévrismes cérébraux identifiés", précise Benjamin Billotet. Le dirigeant accompagne les hôpitaux sur le choix du matériel, des logiciels ainsi que sur la dimension réglementaire avant que les services n’engagent un investissement s’étalant de 20 000 à 200 000 euros selon le nombre de spécialités et les applications attendues.

réplique ou implant sur-mesure
"Le logiciel vise à faire la modélisation anatomique à laquelle s’ajoute le savoir-faire de l’ingénieur pour créer les fichiers 3D." Les dispositifs médicaux sont produits par frittage de poudre polymère pour avoir une réplique en amont d’une intervention, ou en titane pour les dispositifs implantables. "Pour les répliques anatomiques, nous privilégions une technologie accessible comme le dépôt de fil fondu, FDN, ou la stéréolithographie, SLA, qui consiste en une résine liquide durcie par laser."

A côté de l’accompagnement stratégique et technique pour les hôpitaux, Ennoia collabore avec les entreprises soucieuses de développer cette activité au bénéfice du patient. "La 3D médicale permet par exemple de concevoir un implant ou une prothèse sur-mesure pour de la reconstruction osseuse."

partenaire du CHU de besançon
Installée à Lyon, Ennoia a déménagé à Besançon pour profiter de l’écosystème favorable de Temis, le technopôle microtechniques et santé du territoire, mais aussi pour se rapprocher d’un partenaire privilégié : le CHU de Besançon. En effet, l’entreprise s’inscrit également dans un consortium franco-suisse autour du projet Saiad porté par le CHU et l’université de Besançon, concernant les pathologies de tumeur rénale. En parallèle, l’entreprise aux cinq collaborateurs souhaite développer ses propres dispositifs médicaux tout en gardant son indépendance, refusant d’ouvrir son capital pour l’instant.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS