Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Entre logiciel et expertise, Digitemis veut se démarquer sur le marché de la cybersécurité

En matière de cybersécurité, le vendéen Digitemis déploie une offre mixte alliant logiciel et expertise. Un positionnement atypique qui lui permet de séduire des grands comptes comme Total, Airbus ou la MAIF.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Entre logiciel et expertise, Digitemis veut se démarquer sur le marché de la cybersécurité
Entre logiciel et expertise, Digitemis veut se démarquer sur le marché de la cybersécurité © Digitemis

Digitemis est l’une des 31 entreprises à se voir, pour l’année 2019, renouveler son pass French Tech. En Pays de la Loire, la start-up vendéenne est la seule à obtenir ce renouvellement par croissance organique. Car entre 2017 et 2018, Digitemis fait état d’une croissance de 150% lui permettant de dépasser les 1,5 million d'euros de chiffre d’affaires. Et Ludovic de Carcouët, fondateur de Digitemis en mars 2014, s’avère plutôt confiant sur l’exercice en cours. "La tendance est similaire. Sur le premier semestre, nous avons quasiment dépassé notre chiffre d’affaire de l’exercice 2018", détaille le dirigeant qui développe sa structure en fonds propres.

 

Deux logiciels en propre

Spécialisée dans la cybersécurité, Digitemis articule son offre autour d’un positionnement atypique. "Nous combinons des logiciels et de l’expertise aussi bien sur les aspects techniques que juridique de la cybersécurité. Et cette alchimie est assez différenciante sur le marché". Côté logiciels, la PME a développé deux solutions en propre : Peridiag, un outil d’évaluation et de pilotage de la cybersécurité des tiers et de l’écosystème d’une entreprise (fournisseurs, filiales…) et BookMyData, dédiée au pilotage de la mise en conformité au RGPD et à d’autres référentiels français ou internationaux.

 

300 clients de tous secteurs

Autour de ses logiciels, Digitemis a toujours structuré une offre d’audit et d’accompagnement. La société mentionne environ 300 clients avec des références comme Total, EDF, Bouygues Construction, Société Générale, Fleury Michon ou encore Dassault Aviation. "Nos solutions sont adaptées à tous les secteurs, même si certains, plus exposés à ce type de risques, sont plus matures. Ce sont notamment les secteurs de la banque, de l’assurance, de l’aéronautique, de l’automobile ou encore du marketing. Mais depuis six mois, on voit aussi un intérêt plus marqué du secteur de la santé", relève Ludovic de Carcouët dont l’offre est reconnue par l’ANSSI et certifiée par sept labels de la Cnil.

 

Une offre dédiée aux PME

Si la société travaille pour des grands-comptes, elle lance aujourd’hui une offre spécifique pour les PME et ETI : un service d’externalisation des prestations de DPO et de RSSI. "En s’appuyant sur nos logiciels et notre expertise, nous pouvons proposer une offre, sur abonnement, à un tarif accessible". Digitemis l’expérimente depuis plusieurs mois auprès d’entreprises de l’Ouest comme Sogeti. L’international est aussi un axe de développement. "Nos logiciels sont déjà traduits en une dizaine de langues. Et avons démarré hors de France depuis deux ans environ en direct ou par le biais de nos clients. La stratégie est d’y aller progressivement en explorant les marchés."

 

Des recrutements

Basée à La Merlatière en Vendée, Digitemis a ouvert des bureaux à Nantes et Paris. En un an, la start-up est déjà passée de 25 à 40 salariés. Et prévoit encore 10 recrutements d’ici à fin 2019 entre Nantes et Paris. Elle regroupe aussi bien des juristes spécialisés dans la protection des données personnelles que des experts en sécurité des systèmes d’information. Des équipes qui identifient en moyenne deux vulnérabilités par jour sur les systèmes d’information de ses clients. En 2018, Digitemis a découvert deux vulnérabilités majeures sur des CRM mondialement connus. Des erreurs aujourd’hui corrigées par leurs éditeurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media